Veille – 20 mars 2019

Au sommaire

  • Gérard Mulliez, fondateur d’Auchan : « Tout le monde sera obligé de faire de la permaculture. »
  • Pourquoi chercher autant la dispute ?
  • Le flexitarisme n’est pas une fin en soi (et raconter le contraire, c’est moche)
  • Semences au Sud : des exemples encourageants
  • Transmission : l’éclatement des modèles agricoles comment réconcilier les différentes générations ?
  • Pesticides : la guerre contre l’excès de chimie est déclarée
  • En Afrique aussi les supermarchés tentent de s’imposer
  • La franchise, une communauté de partage


Gérard Mulliez, fondateur d’Auchan : « Tout le monde sera obligé de faire de la permaculture. » (publiée le 08.03.19)
Vous voulez une preuve que les temps changent ? Alors en voici une belle : Gérard Mulliez, l’une des plus grosses fortunes de France et fondateur de l’empire Auchan (Auchan, Decathlon, Leroy Merlin, Cultura, Saint-Maclou, Kiabi, Boulanger, Kiloutou, Norauto…) invite « tout le monde » à se mettre à la permaculture pour manger sainement. Lumière sur une intervention à laquelle on ne s’attendait pas forcément… […] En conséquence, Gérard Mulliez invite purement et simplement les consommateurs à déserter les rayons alimentaires des supermarchés et à produire eux-mêmes leur propre nourriture, comme ça se faisait encore il n’y a pas si longtemps que ça : « Tout le monde sera obligé de faire de la permaculture comme les ouvriers il y a 50 ans avaient leurs jardins potagers. On va revenir à ça, on ne peut pas faire autrement.” Il faudrait donc renoncer à la nourriture issue de l’agriculture conventionnelle. Pour celui qui a dirigé le groupe Auchan jusqu’en 2006, si l’on veut éviter tout ce qui est chimique, il n’y a guère d’autres choix.

Oubliez le bon vieux débat. Ce qui est dans l’air du temps, c’est la controverse. Qu’elle soit étudiée, enseignée ou organisée, celle-ci est parée de vertus, au point qu’elle s’affiche désormais en titre de rubriques, de collections éditoriales ou de blogs en tout genre. D’où vient cette mise en avant de la dispute et que peut-elle bien signifier ? […] L’hiver dernier, un groupe de presse agricole organisait à Paris Les Controverses de l’agriculture et de l’alimentation». Bonne idée, tant les motifs de désaccords et de questionnements émaillent ces mondes en pleine mutation. […] Lisons néanmoins le programme car la promesse est séduisante : si le mot « controverses » est écrit avec un R à l’envers, c’est pour mieux remuer les idées, mon enfant. Las, pas une seule question n’émerge du titre des séquences affichées. Des affirmations, qui sonnent comme des slogans publicitaires et rappellent étrangement la méthode Coué : « L’ Agriculture, source de solutions pour la terre et les citoyens » ; « Agriculteurs, consommateurs, tous gagnants » ; « L’Innovation permanente pour une agriculture durable », etc. Pas un mot sur ce qui fâche. Et la présidente d’un syndicat majoritaire en ouverture et en clôture.
 
D’après une campagne promotionnelle lancée récemment, nous aurions tous et toutes quelque chose de flexi. Viles flatteries. […] Difficile d’affirmer le contraire: le flexitarisme est une preuve de bonne volonté. On refuse de continuer à avaler n’importe quoi sous prétexte que c’est facile à acheter et pas cher, on se soucie au moins un peu du bien-être des animaux qu’on déguste. Bref, on n’agit pas de façon totalement inconsciente. C’est un début qu’il me semble bien difficile de critiquer. […] Pour Brigitte Gothière, cofondatrice de l’association L214, le flexitarisme est un premier pas nécessaire, une étape de transition. […] Or ce n’est pas tout à fait le message de la campagne Naturellement flexitariens, qui décrit le flexitarisme comme un mode de vie. Pas besoin d’être Sherlock Holmes pour repérer le message sous-jacent: bon allez ça va, c’est bon, vous avez réduit votre conso de viande, bravo à vous, mais là c’est bon, ça suffit, vous êtes déjà assez écoresponsable comme ça.
 
Dans les « pays du Sud », nombreux sont les paysans qui produisent encore leurs propres semences. Les pressions des semenciers sont toutefois fortes pour que ces pays adoptent un cadre réglementaire qui oblige les paysans à n’utiliser, comme dans les pays dits « développés », que des semences de variétés inscrites dans un catalogue officiel et protégées par un droit de propriété intellectuelle. Mais la résistance paysanne s’organise, et réussit parfois à créer les conditions de la reconnaissance des systèmes semenciers paysans et des droits des agriculteurs dans la loi.
 
L’agriculture de modèle laisse la place, depuis quelques années, à une agriculture de projet. […] L’objectif majeur de l’agriculture de modèle était l’optimisation du système productif, par exemple en termes de taille des outils (surface exploitable, dimensionnement des troupeaux…). Un autre objectif important consistait à améliorer les performances productives unitaires […] Les jeunes agriculteurs s’inscrivent de plus en plus dans une logique de projets, où chacun d’eux assure l’adéquation entre le potentiel de la ferme reprise, les atouts et contraintes du territoire, notamment la dynamique des filières présentes dans l’environnement de l’exploitation. […] Les valeurs immatérielles, souvent sous-évaluées dans l’agriculture de modèle, prennent tout leur sens dans une agriculture de projet.
 
La planète devra nourrir 9 milliards d’individus en 2050, 2 milliards de plus qu’aujourd’hui. Or la surface agricole utile n’est pas extensible. Seule solution : accroître les rendements. Mais de manière naturelle si on veut préserver les sols. En France en tout cas, l’objectif est de réduire de moitié la consommation de pesticides d’ici 2025. Et d’interdire au passage le plus utilisé d’entre eux, le glyphosate, d’ici trois ans. […] Comment y arriver ? Voilà qui fait phosphorer des dizaines de start-up de l’agtech. «On reçoit beaucoup de dossiers sur la limitation des intrants chimiques via la robotique ou leur remplacement par des techniques naturelles» […] Autant d’innovations qui préfigurent une agriculture «intensive en écologie et climato-intelligente».
 
Auchan ou Casino veulent séduire les classes moyennes et populaires, au risque de déstabiliser les systèmes alimentaires et économiques locaux. […] Les marchés locaux et les vendeurs de rue représenteraient encore entre 80 et 90 % de la totalité des ventes alimentaires en Afrique, grâce à leur proximité, à la possibilité de s’y procurer de petites quantités, d’acheter à crédit et à leurs tarifs plus bas. […] Mais certains distributeurs ont développé de nouvelles stratégies pour étendre leurs « parts de marché ». Auchan a implanté plus de vingt-cinq magasins discount au Sénégal, principalement dans des quartiers populaires urbains et compte proposer des prix « au moins comparables à ceux que l’on peut trouver sur le marché ».
 
Historiquement, il existait deux circuits de distribution des produits biologiques : dans les grandes surfaces et dans les magasins spécialisés, comme les nôtres ou ceux de Biocoop, le leader, de Naturalia ou de L’Eau Vive. Ce modèle a fonctionné pendant des années de façon équilibrée. L’offensive récente lancée par Carrefour, Auchan, Intermarché et Leclerc qui développent des enseignes dédiées bouleverse le marché et crée la confusion.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.