Veille – 6 mars 2019

Cliquez sur le titre pour accéder à l’info.
Pour mieux manger, la France doit compter sur la « transition agroécologique » de son agriculture conventionnelle, désormais « irréversible », estime le ministre de l’agriculture Didier Guillaume dans un entretien avec l’AFP, où il appelle parallèlement à ne pas « industrialiser » la production de bio. […] « On ne peut pas faire passer toute l’agriculture en bio, parce que cette agriculture-là n’est pas à même aujourd’hui de produire l’alimentation que nous souhaitons en quantité », a jugé le ministre. C’est l’évolution de l’agriculture traditionnelle, grâce notamment à des pratiques empruntées au bio (nouvelles pratiques agraires, rotations des sols) qui permettra la « montée en gamme de l’agriculture française » […] « Je ne veux pas opposer » le système conventionnel et le bio, a néanmoins précisé le ministre, « on a besoin des deux »
Alors que le Conseil de l’Europe et le Parlement européen négocient actuellement le budget et les grandes orientations de la PAC 2021-2027, la plateforme “Pour une Autre PAC” milite pour une refonte de la politique agricole européenne. Les politiques européens veulent faire porter cette baisse sur le second pilier de la PAC, c’est-à-dire sur les mesures environnementales et sociétales, au profit du premier pilier consacré aux aides à la surface. Le modèle d’agriculture conventionnelle chimique des trente dernières années est à bout de souffle. Beaucoup d’agriculteurs ne demandent qu’à être accompagnés pour changer leurs méthodes de travail. Si nous mettons en place des règles différentes, ils s’adapteront pour pouvoir continuer à toucher les aides de la PAC, qui représentent pratiquement l’ensemble des revenus des exploitations. Il faut une politique de la carotte.
Jean Hascoët, président de Baie de Douarnenez Environnement, a répondu au coup de gueule de Roger Mauguen. Le président de Baie de Douarnenez Environnement termine son communiqué en affirmant que « les associations environnementales se sont toujours battues et continueront à se battre, aux côtés des agriculteurs, pour un modèle agricole qui préserve à la fois le maintien d’exploitations à taille humaine, le maintien des emplois, la préservation de l’environnement et de la santé des agriculteurs et des consommateurs ».
En cette semaine marquée par les visites du public au Salon de l’Agriculture, Claude Chinardet et Jean-Pierre Estival faisant état de leurs doctorats d’Etat en sciences économiques, publiaient, hier dans les Echos, une tribune visant à liquider au plus vite les exploitations familiales en France pour privilégier une agriculture industrielle, tournée vers l’exportation. Or notre agriculture a besoin de fermes plutôt que des firmes. Elle a besoin de paysans inventifs qui existent en grand nombre et ce nombre ne demande qu’à croître dans un contexte sécurisé qui doit déboucher sur la généralisation de l’agro-écologie et de l’agroforesterie dans toute l’Union européenne.
La Politique agricole commune (PAC) soutient une agriculture productiviste. Selon un nouveau rapport de la Cour des comptes, la répartition des aides agricoles est même “facteur de fortes inégalités”. Les grosses exploitations, aux activités les plus rentables, reçoivent davantage de subventions que les plus petites. À l’occasion du salon de l’agriculture, Novethic vous propose, toute la semaine, une série dédiée à ce secteur prépondérant en France.
Pour Michaël Weber, président de la Fédération des Parcs : « La Fédération des Parcs et son réseau s’attachent de longue date à la création d’un modèle agricole respecteux des hommes et de la nature”. La Fédération des Parcs propose à la presse une journée pour rencontrer les acteurs de cette dynamique et explorer les initiatives déployées par la Fédération des Parcs pour valoriser ses projets.
Être agriculteur en 2019, c’était le thème du débat de Public Sénat organisé ce mardi matin depuis le Salon de l’agriculture à Paris. Formation, accession, réalités sociologiques : le métier est traversé par d’intenses mutations et de nouvelles pratiques. Le coordinateur des Fermes d’avenir qui milite pour des fermes de petite taille et engagée dans l’agroécologie, alerte sur le niveau de dépendance de l’agriculture intensive envers la chimie et les énergies fossiles.
« Le virage est en train de se prendre tranquillement, il ne faut pas opposer les modèles agricoles », a nuancé Pascal Ferey, producteur de lait et de viande bovine et président de la chambre d’agriculture de la Manche.
Dans ce contexte, se tourner vers le bio paraît naturel. Faut-il pour autant acheter tout bio, les yeux fermés ? Frédéric Denhez part sur le terrain, à la rencontre de nombreux interlocuteurs, chercheurs, épiciers, directeur de grandes surfaces, producteurs, toxicologue. Leurs récits composent une mosaïque à l’image de la complexité du marché bio. Ce vaste tour donne l’occasion à l’auteur d’analyser les tendances des régimes « sans », de la biodynamie ou de la permaculture. Il nous apprend que l’histoire récente du bio (le logo AB date de 1985) a partie liée avec ses fragilités (formation, finances, communication.). Face à l’essor du marché, la production peine à suivre. Même s’il est « un levier formidable pour changer de modèle agricole » et que « le développement de circuits courts a un impact social positif », son extension reste à surveiller, à commencer par le taux d’occupation des sols
En s’inspirant de la politique de la sécurité sociale, l’association Ingénieurs sans frontières – AGRISTA (agriculture et souveraineté alimentaire) propose la mise en place d’une Sécurité sociale de l’alimentation (SSA). L’idée d’une sécurité sociale alimentaire peut sembler idéaliste, mais s’il y a bien un domaine dans lequel des avancées sociales sont possibles et nécessaires, c’est bien l’alimentation. L’alimentation doit sortir d’une logique de marché, au même titre que la santé, ne serait-ce que par cohérence. La création d’une sécurité sociale de l’alimentation représenterait un pas de géant vers la souveraineté alimentaire pour tou·tes, et la sortie d’un système agro-indutriel qui donne l’illusion du choix mais nous restreint. Et puis, avoir davantage de personnes capables de s’approvisionner en produits de qualité, c’est se donner les moyens de sortir des impasses dans lesquelles le monde économique actuel enferme les initiatives d’alimentation de qualité.
Depuis une vingtaine d’années les crises et les scandales n’ont pas épargné le monde agricole. De plus en plus d’agriculteurs et de consommateurs se sont mis à douter du modèle intensif né au lendemain de la seconde guerre mondiale. Pour contourner ces craintes, de nouveaux modes de production et de consommation ont vu le jour. Des producteurs se tournent vers le bio ou une agriculture raisonnée pour utiliser moins de produits phytosanitaires. Une tendance en hausse. Quant aux consommateurs, soucieux de la qualité de leur alimentation, ils choisissent de plus en plus les circuits courts et les produits de qualité. Mais qu’en pensent ceux qui feront l’agriculture de demain ? Ceux qui vont inventer un nouveau modèle plus respectueux pour tous. Une vision parfois surprenante !
LE CERCLE/POINT DE VUE – La France est réputée pour ses produits agroalimentaires, mais son agriculture semble battre de plus en plus de l’aile alors qu’elle représente un intérêt économique et stratégique essentiel, expliquent les économistes Claude Chinardet et Jean-Pierre Estival. C’est pourquoi il convient de privilégier rapidement les formes d’exploitation capables d’obtenir des prix de revient compétitifs au niveau international. Cela implique certes la sélection de produits de haut de gamme (bio) Mais aussi une politique tournée vers la productivité et de meilleurs rendements, une agriculture intensive reposant sur des exploitations en plus petit nombre, mais dotées de parcelles plus grandes permettant de bénéficier d’économies d’échelle, et de plus, hautement mécanisées et gérées comme une entreprise moderne pouvant évoluer un jour vers le « smart farming ».
Vincent Leyre, viticulteur dans le Lot-et-Garonne, a opté pour une transition vers une pratique plus raisonnée. Il préside la coopérative des Vignerons du Buzet regroupant aujourd’hui 1935 hectares de vignes. 184 viticulteurs y adhèrent, ils n’utilisent ni engrais ni désherbant chimiques. Ils sont réputés cancérigènes pour l’homme ou toxiques pour les pollinisateurs, les abeilles en premier lieu. Chez lui, la flore fait le travail des machines et permet d’utiliser le moins de produits possibles afin de préserver la biodiversité. Seulement dans le vignoble du Bordelais, difficile de dire adieu aux adjuvants non naturels, Vincent continue donc à utiliser du glyphosate “de façon très modérée, dit il, pour favoriser la fertilité des sols sur plusieurs décennies. On veut que les viticulteurs puissent vivre de leur exploitation !“.
Cette semaine, alors que le salon international de l’agriculture vient d’ouvrir ses portes au parc des expositions de la porte de Versailles à Paris, la directrice conseil agroalimentaire de GreenFlex, Virginie Bernois, souligne le rôle des agriculteurs dans la transition énergétique. Elle insiste également sur le rôle des applications dans la sensibilisation des consommateurs à l’agriculture. En diversifiant ses activités et en utilisant le digital à bon escient, l’agriculteur de demain a un rôle majeur à jouer pour assurer les transitions alimentaires, environnementales et énergétiques au sein de son territoire.
L’agriculture française est la première d’Europe et elle est plutôt bien placée pour affronter les nouveaux défis. En France, nos exploitations sont plutôt plus petites qu’ailleurs. En Allemagne, vous avez des fermes-usines de 2.000 vaches, 20.000 porcs ou 200.000 poules. On est dans une chaîne totalement mondialisée. Emmanuel Macron le rappelait samedi, 70% de l’alimentation pour bétail en Europe est importée, avec notamment du soja OGM américain. Or, ce modèle n’a pas d’avenir parce que les consommateurs n’en veulent pas. Ce qui fonctionne, c’est tout ce qui est bio ou local. Sinon, on est dans la déconsommation.
Pour le secteur agricole, responsable d’un quart des émissions de gaz à effet de serre mondiales et de quasiment trois quarts de la consommation d’eau, et confronté en France à une crise économique et de légitimité sans précédent , un modèle fondé sur une utilisation plus efficace des ressources peut présenter des avantages bien spécifiques. Comme le souligne l’Ademe, non seulement il garantit une amélioration de l’impact environnemental de la production comme de la distribution des aliments, mais il permet également aux agriculteurs de valoriser des cultures intermédiaires, de diversifier leurs revenus, de maintenir des emplois sur les territoires, ainsi que de renouer des liens avec l’ensemble des acteurs agroalimentaires de proximité comme avec les consommateurs.
Une « agriculture paysanne » est possible dans l’UE, à condition de réorienter la Politique agricole commune (Pac) : tel est le message des écologistes d’EELV pour les Européennes, et porté par Yannick Jadot au salon de l’agriculture lundi. La Pac sera l’une des priorités de la campagne européenne d’EELV parce qu’elle lie « alimentation, santé, environnement et emploi », explique l’eurodéputée sortante Michèle Rivasi, numéro 2 sur la liste. Yannick Jadot veut la réorienter pour favoriser les petites exploitations et récompenser les agriculteurs qui « font bien », par exemple qui investissent dans le bio ou se passent du glyphosate. Il propose aussi de consacrer 50 % des neuf milliards d’euros de la Pac à la « structuration des filières locales durables et l’approvisionnement de la restauration collective par l’agriculture paysanne de proximité », dans son livre Aujourd’hui tout commence (Les Liens qui libèrent, 2019).
Rendez-vous incontournable pour les représentants politiques, le Salon de l’agriculture est un lieu privilégié pour rencontrer l’ensemble du monde agricole et rural. Il permet de s’adresser à celles et ceux qui décideront de la future PAC. S’il représente un moment-phare de médiatisation du monde agricole, il est temps de braquer les projecteurs sur une autre approche, celle de l’agro-écologie paysanne, de l’agriculture biologique ou de l’agro-foresterie.
Une envie de changement que Macron partage avec Pour une autre PAC. Et c’est là l’un des rares points communs entre le président et le réseau d’organisations. Si le premier prône le développement de filières agricoles s’étirant à l’échelle continentale afin de gagner en compétitivité mondiale, les secondes, quant à elles, plaident pour une relocalisation des productions axées sur la recréation d’emplois et la prise en charge de l’environnement. Distribués au prorata du nombre d’hectares exploités, « les aides de la PAC visent actuellement à fournir de la production en quantité, reprend Jacques Pasquier. Nous, nous disons qu’elles doivent prendre en compte l’emploi, indispensable au développement de l’agroécologie. Sans travail humain, impossible d’envisager la fin des pesticides ni d’empêcher la dégradation des paysages ».
C’est le bal des tartuffes! On leur laisse une semaine à les chouchouter et les glorifier – «Mais qu’ils sont beaux nos paysans!» – pour mieux se donner le droit de les délaisser le reste de l’année. Tout cela nous amène au problème fondamental qu’est celui de notre modèle agricole. Il faut le repenser de fond en comble, faire le bilan de l’échec de la PAC (politique agricole commune), remettre de l’argent où l’agriculture est saine, où cela embellit nos paysages et respecte nos animaux.
Cette école-chercheur s’est tenue à Juvignac (34) du 21 au 24 janvier 2019, avec un triple objectif : offrir aux participants une meilleure connaissance des enjeux liés aux dynamiques urbaines – actuelles et futures – pour les systèmes alimentaires et ainsi voir en quoi leurs travaux pourront être influencés par les villes de demain ; faciliter les échanges autour d’une vision systémique de l’alimentation, de l’innovation et de la durabilité ; initier ou renforcer des liens entre recherches sur l’agriculture, l’alimentation, l’environnement et recherches urbaines.
Macron met la main à la Pac (publiée le 23.02.19)
À l’occasion de l’ouverture du Salon international de l’agriculture, et devant près de 500 personnes dont la moitié de jeunes agriculteurs et lycéens issus de différents pays européens, le président de la République a prôné « une promesse de transformation des modèles agricoles », avec davantage de valeur. Elle doit passer selon lui par la structuration des filières » : « Le bon niveau, c’est le niveau européen, pour pratiquer à plein la segmentation ».
Dans les pays occidentaux, les modèles de production d’alimentation en ville varient, plus ou moins financiarisés. Interrogé par l’AFP, Yves Christol, un des responsables de la plus grande coopérative agricole française In Vivo, relève qu’il existe au moins six modèles différents.
La Confédération paysanne et le Modef portent avec le plus de vigueur la nécessité d’un modèle alternatif qui sorte des traités de libre-échange, avec des paysans nombreux dans les campagnes vivant de leur travail, ainsi qu’un développement des circuits courts et de l’agriculture biologique. Loin de réorienter sa politique, le gouvernement a promis au contraire de signer, pendant le Salon de l’agriculture, le « contrat de solution » porté par la FNSEA. Une démarche qui va « à l’encontre de l’autonomie des paysans », selon la Confédération paysanne. Pour le développement de l’agriculture bio et la reconnaissance du travail des paysans, on repassera.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.