Guillaume Duteurtre

Trajectoires de développement durable
de l’élevage au Vietnam : des modèles en question

Guillaume Duteurtre, chercheur au Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) est un spécialiste des filières laitières, celles de l’Afrique de l’Ouest (Sénégal, Mali, Burkina Faso) et du Vietnam. Dans ces territoires, l’agriculture familiale est peu considérée face à des modèles industriels de grande taille en expansion. Coexistence et confrontation de ces modèles est une question de recherche tout autant qu’un débat pour les acteurs des filières et des territoires. C’est à l’aune du développement durable et de celui de ses trois piliers qu’on privilégie que se conjuguent au futur les dynamiques sociale et économique de ces filières.

Ses mots-clés : élevage, filière, modèle, futur désirable, trajectoire alternative, trajectoire de développement, development pathway.

Un projet dédié aux trajectoires de développement
de filières d’élevage

Il a coordonné de 2013 à 2017 le projet Revalter relatif à « l’évaluation multi-échelle des trajectoires de développement de l’élevage au Vietnam ». Celui-ci avait pour objectif de promouvoir les trajectoires de développement durable des différentes filières d’élevage (laitier et porcin) au Vietnam, en recherchant les alternatives au développement industriel rapide de ces secteurs. S’appuyant sur l’élaboration d’indicateurs et de scénarios d’évolution, ce projet a été construit en partenariat avec le Département de l’élevage du ministère de l’Agriculture au Vietnam. Il a impliqué une vingtaine de chercheurs, pour la moitié vietnamiens. Il a donné lieu à trois thèses de doctorat.

Les recherches ont été conduites dans trois territoires, situés dans des régions contrastées du Vietnam. Elles ont porté sur trois échelles d’analyse des activités d’élevage : celle des exploitations, pour comprendre leurs transformations et évaluer leur durabilité ; celle des territoires, pour comprendre les stratégies de développement portées par les politiques locales et l’impact de l’élevage sur les socio-écosystèmes ; celle des filières, pour documenter les activités de l’amont à l’aval et identifier les facteurs des changements liés aux marchés. Dans chaque territoire, 160 exploitations (allant d’agriculteurs familiaux à de grosses fermes industrielles) ont fait l’objet d’enquêtes, quantitatives et qualitatives. Les informations obtenues ont été complétées par des entretiens auprès d’acteurs de l’aval, des industries ou des représentants des autorités locales et nationales. Des données statistiques ont été compilées. Parallèlement à l’écriture de rapports et d’articles de recherche, l’équipe a travaillé sur l’élaboration d’un atlas de l’élevage au Vietnam[1]. Les scénarios, illustrés par des cartes élaborées pour l’atlas, avaient pour objectif de donner aux décideurs politiques, aux responsables des filières, aux étudiants et aux chercheurs, des clefs de lecture de la durabilité des types d’exploitation au regard des trajectoires possibles de développement, en particulier l’industrialisation du secteur.

L’agriculture familiale et le modèle industriel

Cette recherche a exploré les « trajectoires alternatives » de développement de l’élevage, c’est-à-dire les bifurcations par rapport au modèle unique, intégré, industriel et concentré, en expansion aujourd’hui au Vietnam. La trajectoire de développement a été choisie comme objet intégrateur de la recherche, mais le concept de coexistence et de confrontation des modèles aurait pu jouer ce rôle. En effet, la notion de modèle était importante dans ce projet cherchant à caractériser les différents types de fermes et leur insertion dans les territoires et les filières. Cependant, le modèle n’a jamais été questionné en tant que tel, il est implicite, pour les acteurs du développement comme pour les chercheurs. Au Vietnam, l’élevage se pratique dans de très petites exploitations familiales ou paysannes d’un hectare à un demi-hectare, ainsi que dans de nouvelles exploitations de grande taille, appelées par les chercheurs « méga fermes » ou « fermes industrielles ». Ces exploitations sont, entre autres, caractérisées par l’organisation du travail, la propriété du capital, et leur insertion dans les filières de commercialisation. Dans les filières courtes, la commercialisation se fait via des boutiques locales tandis que dans les filières longues industrialisées, la vente se fait via des contrats de collecte avec des collecteurs ou des unités de transformation de grande taille. Le vocabulaire et les catégories locales ont été confrontés avec la littérature scientifique. Les débats entre chercheurs, notamment entre vietnamiens et français, ont permis de mettre en lumière leurs désaccords et leurs visions différentes sur la qualification des fermes. Derrière ce qu’un chercheur français qualifie d’agriculture familiale, se trouvent pour les Vietnamiens trois catégories d’exploitants que l’on peut traduire en français par les trois types suivants : le ménage agricole, le ménage professionnel et la ferme commerciale. Réinterroger ces catégories permet de reconsidérer les logiques de production, en particulier hybrides, et d’éviter une lecture univoque des modèles. La pluriactivité, par exemple, caractérisant les « ménages », apparaissait pour les autorités locales comme un frein à la modernisation et à l’amélioration des performances. Or, les travaux ont montré que la pluriactivité se retrouve aussi dans les grandes fermes, et qu’elle peut être un signe de modernisation et d’efficience environnementale ou économique.

Bien que le thème de la coexistence et de la confrontation des modèles ne soit apparu qu’en fin de projet, voire même a posteriori, il est à la fois un objet de recherche et un résultat. Il est intéressant de noter que l’une des thèses soutenues dans le cadre du projet porte dans son titre la question des « modèles de développement durable de l’élevage », et que la toute dernière thèse du projet conclut sur la question des modèles, la remettant au centre des débats.

Des mini-laiteries érigées en modèle en Afrique
de l’Ouest

Guillaume Duteurtre est confronté à la question des modèles dès ses premières missions, en Afrique de l’Ouest. Comme de nombreux chercheurs du Cirad, il est sollicité pour faire de l’expertise. Il travaille alors dans les années 2000 avec plusieurs gouvernements locaux, et plus récemment avec l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine), l’organisation des états de l’Afrique de l’Ouest de la zone franc, sur l’élaboration de stratégies de développement du secteur laitier. Or, à partir des années 2000, et face aux difficultés d’établir des filières industrielles, un modèle alternatif de développement des filières laitières émerge progressivement : les mini-laiteries. Ces filières lait artisanales ne s’appuient pas sur des technologies industrielles et ne nécessitent pas de groupe de froid. Elles proposent des produits laitiers typiquement africains, commercialisés dans de petits sachets thermo-soudés. Cependant, les mini-laiteries peinent à obtenir l’aide d’organismes de développement ou de politiques publiques. Les éleveurs s’entêtent et s’organisent sur le terrain. Au Sénégal, au Mali, ou au Burkina Faso par exemple, le Cirad et ses partenaires se saisissent de la question. Guillaume Duteurtre et plusieurs autres collègues étudient de près ces mini laiteries et publient un livre qui contribuera à faire reconnaître cette forme d’organisation et à l’ériger en modèle possible (voir Duteurtre, 2014). Dans cette approche, le concept de modèle est apparu pertinent pour penser les options de développement de l’élevage, dans la mesure où il rendait compte à la fois d’une catégorisation et d’une vision de l’avenir. Modèle de développement agricole et coexistence témoignent de normes d’action découlant d’une vision du monde construite et liée entre autre au modèle de l’économie de marché, qui laisse la place à une diversité d’entreprises. Cette réflexion spécifique sur la question des modèles fait d’ailleurs l’objet d’un des trois chapitres d’un ouvrage publié en 2014.

Des trajectoires de développement à la coexistence
de modèles de l’élevage

Parallèlement, le « modèle » devient un sujet à l’ordre du jour au sein du département Environnement & sociétés du Cirad, et est proposé notamment comme thème transversal de réflexion par l’unité mixte de recherche Innovation à Montpellier au cours des réunions annuelles 2015 du Cirad. Intéressé par une plus forte intégration de ce concept dans ses travaux, Guillaume Duteurtre, alors en Asie, suit à distance le cycle de séminaires « Format » dédié au thème : « Combinaison des formes d’agricultures et des systèmes alimentaires à différentes échelles territoriales : coexistence, confrontation ou hybridation des modèles ? ». De retour en France, il participe aux derniers séminaires Format et relit le projet Revalter au prisme de la coexistence et de la confrontation des modèles, réinterrogeant les trajectoires de développement mises en évidence. Il s’empare progressivement de la notion de « coexistence », notamment avec d’autres collègues de l’Inra. Guillaume Duteurtre préfère d’ailleurs utiliser le terme coexistence accompagné du terme confrontation, cette liaison traduisant selon lui les dynamiques sociales à l’œuvre. Sans ce rapport à la confrontation, le terme coexistence pourrait faire référence, dans une pensée évolutionniste, à l’existence conjointe d’objets dont les trajectoires d’évolution obéiraient à des lois propres non connues et non connaissables. À l’inverse, dans une logique sociale, la coexistence met en relation des objets qui se confrontent au sein de rapports de force et de régulations, émanant en particulier des politiques publiques. Ces réflexions permettent d’alimenter et de réinterroger une partie des travaux du projet Revalter qui portent sur les dynamiques socio-politiques à l’œuvre dans les trajectoires de développement de l’élevage.

Économie institutionnelle, sociologie économique
et pluridisciplinarité

Les cadres théoriques mobilisés par Guillaume Duteurtre reposent en grande partie sur l’économie institutionnelle et la sociologie économique. Il utilise la notion de formes institutionnelles, un cadre d’analyse développé par le sociologue américain Neil Fligstein[2] qui rend compte de la manière dont les types de règles structurent les relations économiques, ou encore le concept de « futurité » développé par John Rogers Commons[3], permettant d’analyser la manière dont les institutions sont façonnées par la vision des acteurs sur leur avenir. Ses méthodes reposent sur le couplage d’approches systèmes de production, filières et territoire, dans lesquelles il donne une grande place aux entretiens ouverts et aux histoires de vie. Ce pas de côté vers la sociologie lui permet de mieux cerner la logique des acteurs, en détectant les non-dits cognitifs liés aux visions du futur souhaitable et souhaité par les acteurs (notamment le « développement durable », mais pas seulement).

Travaillant sur la question du développement des activités d’élevage, par nature complexes, et dans lesquels les composantes techniques sont aussi importantes que les arbitrages économiques, sociaux et politiques. Guillaume Duteurtre considère la pluridisciplinarité comme une dimension essentielle de sa pratique de recherche. Elle est encouragée par le dispositif Cirad et les collaborations avec le département Sad de l’Inra (Sciences pour l’action et le développement), qui permettent de construire des équipes pluridisciplinaires. D’autre part, se renforce au sein du Cirad un consensus sur la nécessité de travailler sur le développement durable, c’est-à-dire sur une recherche pluridisciplinaire par essence, intégrant les dimensions économiques, sociales et environnementales du développement.

De manière opérationnelle, il travaille en interne avec des agronomes et des économistes mais aussi avec des géographes, son équipe venant d’être renforcée dans cette discipline. En externe, il essaye de travailler, à partir d’objets communs, avec des sociologues et des anthropologues qui lui apportent leur sensibilité aux transformations sociales et aux relations de pouvoir. Il aimerait dans le futur développer des collaborations avec des chercheurs travaillant sur la sociologie de l’alimentation et les modèles alimentaires, qui sont essentiels à prendre en compte pour discuter des questions de « modèles » de développement.

Coexistence ET confrontation de modèles agricoles
dans une perspective de développement durable

Travailler sur les questions de coexistence et de confrontation de modèles permet de ne pas penser le développement comme simple processus de transformation mais comme l’expression de volontés d’acteurs concernés par ce qui se passe au sein d’un territoire. Guillaume Duteurtre insiste d’ailleurs sur la « confrontation » qu’il est pour lui nécessaire d’associer à la « coexistence ». Ensemble, elles interrogent ce qui détermine les choix des différentes « parties prenantes » selon leurs visions du futur, et leurs conséquences pour les socio-écosystèmes dans leur ensemble. Ces répercussions éclairent notamment la compréhension des dynamiques sociales, des rapports de force sous-jacents à ces choix. Les notions de « coexistence ET de confrontation », mettent en exergue, au travers du modèle, la dimension « cognitive » des transformations sociales. Elles permettent de faire un lien direct entre des travaux de recherche liés au développement durable des filières et des territoires, et l’action opérationnelle des acteurs de ces filières et de ces territoires. C’est l’occasion d’un dialogue aussi bien avec des chercheurs que des bailleurs de fonds, des autorités nationales ou locales, des firmes, ou des organisations de producteurs. Leur intérêt est également d’éclairer des choix de développement, dans une perspective temporelle dépassant le court terme. Un des résultats importants des recherches de Guillaume Duteurtre, en lien avec la thématique de la coexistence, porte sur la réactualisation de la notion de « modèle » pour débattre des enjeux de développement durable. En effet, ses travaux ont contribué à faire évoluer des visions et des politiques, pour passer d’une approche « techno-centrée » à une approche intégrant les dimensions sociales, économiques et environnementales. En Afrique, en montrant qu’il existait, à côté du modèle industriel périurbain promu par les autorités, un autre modèle de développement de la filière, plus rural et basé sur des systèmes de collecte à petite échelle. La reconnaissance du second ouvre la voie à de nouvelles politiques publiques. Au Vietnam, ont été mis en lumière les alliances entre autorités locales et grandes firmes industrielles, et les risques d’exclusion des formes d’agriculture familiale, et de pollution de l’environnement. Ces recherches attestent de la nécessité de disposer d’indicateurs pertinents pour pouvoir discuter des différents modèles. Ces indicateurs explicitent les enjeux multidimensionnels du développement durable : risques environnementaux, impacts en termes d’emplois, coûts de production, etc.

Demande sociale, prise de position dans les débats
et formation

Le thème « coexistence et confrontation » apporte à un institut de recherche la capacité à prendre position dans les débats de société qui demandent d’arbitrer entre différents objectifs du développement durable. Il existe une demande sociale grandissante en direction d’une recherche permettant aux acteurs de prendre des décisions complexes, en particulier dans les pays en développement. Pour Guillaume Duteurtre, des institutions comme le Cirad et l’Inra doivent se positionner sur des sujets comme les circuits alternatifs, les circuits courts, le rôle de l’agriculture familiale et des petites exploitations, l’industrialisation de l’élevage, les grandes firmes, etc. La difficulté réside dans la frontière entre la science et le militantisme. D’autant plus que tout travail sur les modèles de développement nécessite de s’extraire de l’empirisme de la notion présent dans les discours et les actions des acteurs du secteur agricole. En ce sens, décrypter les implicites et poser la question en termes théoriques s’avère un enjeu de formation important. À titre d’exemple, dans le secteur laitier en Afrique, les vétérinaires se retrouvent souvent à la tête des services de l’élevage, véhiculant une vision très normative de l’activité basée sur des questions sanitaires ou de productivité par animal. Pour ouvrir à d’autres regards, le Cirad a travaillé avec l’école vétérinaire de Dakar afin de développer les approches systèmes, aujourd’hui enseignées dans les masters. Guillaume Duteurtre participe aussi à d’autres enseignements au niveau master au Vietnam et en Thaïlande.

Quand il est interpellé par un journaliste ou par d’autres acteurs au sujet des « formes de développement à promouvoir », Guillaume Duteurtre répond d’autant plus volontiers s’il reste dans le domaine du secteur laitier qu’il maîtrise bien. Mais débattre dans des arènes plus larges n’est pas toujours évident. La priorité « coexistence et confrontation de modèles agricoles et alimentaires » du Sad pourrait être l’occasion d’encourager ces prises de parole, en apportant aux chercheurs des outils leur permettant de traduire leurs idées. Certaines disciplines comme la socio-économie, la géographie ou la sociologie sont plus équipées que d’autres pour participer à ces débats. Elles peuvent de fait relayer les résultats d’autres chercheurs, agronomes ou généticiens par exemple, et faire entendre une diversité d’approches.

Enfin, la priorité coexistence et confrontation des modèles, fédérant une communauté scientifique autour d’un concept, procure à G. Duteurtre des outils pour prendre du recul sur ses travaux. Après avoir participé un temps à une communauté de recherche autour des systèmes agroalimentaires localisés (les SYAL), la thématique de la coexistence lui permet de repositionner certains de ses travaux dans la question sociale des modèles de développement durable.

Entretien réalisé le 23/08/2017

Mini-CV
Guillaume Duteurtre est chercheur en agroéconomie et socio-économie au Département “Environnement et sociétés” du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement durable des régions tropicales et méditerranéennes (Cirad). Il travaille au sein de l’unité mixte de recherche Selmet (Systèmes d’élevage méditerranéens et tropicaux), et anime l’équipe Defit (Dynamique des élevages et des filières dans les territoires). Sa thématique de recherche concerne le développement des filières d’élevage, laitières, en particulier dans les pays du Sud. Il a travaillé en Afrique pendant 20 ans puis plus récemment au Vietnam pendant six ans. Basé actuellement à Montpellier, il poursuit ses travaux en Asie du Sud-Est et en Afrique de l’Ouest.


Pour en savoir plus

Duteurtre G., Corniaux C., 2019. Business et investissements des multinationales laitières, in Bourgoin J., Corniaux C., Touré L., Cesaro J.-D. (Eds.), Atlas des dynamiques observées dans le bassin de collecte de la Laiterie du Berger, Dakar, Cirad, 42-43.

Duteurtre G., Sautier D., Pannier M., Nguyen M.H., 2017. Alliances between agri-chain actors for a sustainable development of territories in Vietnam, in Biénabe E., Rival A., Loeillet D. (Eds), Sustainable development and tropical agri-chains, Dordrecht, Springer, 55-69.

Duteurtre G., Bonnet P., Cesaro J.D., Pannier M., Nguyen Mai Huong, Pham Duy Khanh, Sautier D., Hostiou N., 2016. L’industrialisation du secteur laitier au Vietnam ; l’émergence du modèle d’élevage « conventionnel » face aux enjeux du développement durable. 4ème séminaire « Format », métaprogramme GloFoodS « Coexistence et confrontation des formes d’agriculture: quels enjeux alimentaires? », Montpellier.

Duteurtre G., Pham Duy Khanh, Cesaro J.D., 2015. Bassin laitier de Ba Vı̀ : Un territoire d’élevage façonné par les politiques publiques, entre logiques industrielles et soutien à la paysannerie », in Napoleone M., Corniaux C., Leclerc B. (Eds), Voies lactées : Dynamique des bassins laitiers entre globalisation et territorialisation, Paris, Cardère Éditeur, 67-87, https://collaboratif.cirad.fr/alfresco/s/d/workspace/SpacesStore/b9c11286-a87d-4e99-bae3-02617e1402f8/06.Ba%20Vi%20Vietnam.pdf

Duteurtre G., 2014. Les mini-laiteries, « modèle » d’avenir pour les filières élevage en Afrique ?, in Corniaux C., Duteurtre G., Broutin C., Filières laitières et développement de l’élevage en Afrique de l’Ouest : L’essor des mini-laiteries, Karthala, 66-91.

Duteurtre G., 2014. Les modèles de développement laitiers et leur rôle dans le développement des territoires », Colloque Lait, vecteur du développement, 21-23 mai 2014, Rennes (France), https://colloque6.inra.fr/lait2014/content/…/1/…/15+G+Duteutre+symp+lait+2014.pdf


 

[1] Bourgoin J., Corniaux C., Touré L., Cesaro J.-D., 2019. Atlas des dynamiques observées dans le bassin de collecte de la Laiterie du Berger, Dakar, Cirad.

[2] Fligstein N., 1996. Markets as politics : a political-cultural approach to market institutions, American Sociological Review,‎ 61, 4, 656-673

[3] Commons, J. R., 1989 (1re éd. 1934). Institutional Economics, New Brunswick, Transaction publishers.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.