Veille – 4 septembre 2019

Au sommaire

  • L’Europe prend conscience de la nécessite de protéger le foncier agricole
  • Lettre aux maires : contre les pesticides et leur monde
  • Comment le GIEC malmène l’agriculture bio
  • La grande distribution est en train de manger le bio
  • Les effets de la PAC sur les paysanneries des pays du Sud
  • Planète : de l’urgence de changer d’alimentation
  • Le Giec recommande-t-il de manger moins de viande pour endiguer le réchauffement climatique ?

L’Europe prend conscience de la nécessite de protéger le foncier agricole (Réussir, publié le 30.08.19)

“En Europe, 3 % des exploitations contrôlent plus de 50 % des terres agricoles”. Une très forte concentration des terres qui inquiète ” d’autant plus que les grandes exploitations agricoles sont souvent constituées sous formes de sociétés financées par des fonds d’investissement” […] “Le risque est de perdre le modèle agricole où les agriculteurs sont à la tête des exploitations.”

Lettre aux maires : contre les pesticides et leur monde (Libération, publié le 30.08.19)

“Les pesticides ne sont pas à eux seuls le problème. Le problème, c’est le modèle agricole qui les rend incontournables. Un modèle intensif et destructeur, dont le dernier rapport du Giec a montré qu’il ravage la vie sur terre, épuise et pollue les sols, précarise les agriculteurs, et nous nourrit à la fois mal et inégalement. […] Nous voulons une agriculture locale, en harmonie avec l’environnement, respectueuse de ceux et celles qui cultivent, juste, saine et démocratique.”

Comment le GIEC malmène l’agriculture bio (Contrepoint, publié le 23.08.19)

“Les recommandations du GIEC sont claires : l’agriculture doit gagner en efficacité, produire autant ou plus sur une plus petite surface. Une stratégie qui contredit de plein fouet l’agriculture bio, dont les rendements à l’hectare sont quasi systématiquement inférieurs à l’agriculture conventionnelle, entre 8 et 25 % moins productifs, une différence considérable. En l’état actuel, le modèle agricole bio est bien contraint de s’étaler et de s’étendre pour contrebalancer sa moindre productivité. Ce faisant, il empiète également sur des espaces naturels indispensables dans la lutte contre le réchauffement de la planète. De son côté, en dépit de ses nombreux travers, l’agriculture intensive consomme moins de superficie, à rendement égal, et donc sort vainqueur sur l’aspect de la productivité.”

La grande distribution est en train de manger le bio (Libération, publié le 23 août 2019)

La grande distribution a laissé le bio se développer jusqu’à pouvoir le tenir entre ses mains : elle commence à négocier les prix avec des agriculteurs qui pensaient que le rapport de force était en leur faveur sous prétexte que la grande distribution avait besoin d’eux. Ce n’est plus le cas. Faute d’une production suffisante, les agriculteurs français sont mis en concurrence avec leurs collègues d’Europe de l’Est, d’Espagne, d’Italie, de Chine.

Les effets de la PAC sur les paysanneries des pays du Sud (Coordination Sud, publié le 21.08.19)

Une étude, à paraître cet été, réalisée par le Gret en lien avec ActionAid France – Peuples Solidaires, le CFSI, ISF-Agrista et Sol, pour la commission Agriculture et alimentation (C2A) pointe divers effets négatifs de la politique agricole commune (PAC) sur les paysans et paysannes du Sud.

Planète : de l’urgence de changer d’alimentation (Libération, 21.08.19)

Le chapitre 5 du rapport établit ainsi que le potentiel de réduction mondiale des gaz à effet de serre serait équivalent à 3 gigatonnes de CO2 pour l’adoption mondiale d’un régime type méditerranéen (limité en viande et riche en végétaux), et d’environ 8 gigatonnes de CO2 pour un régime équilibré végétalien (sans produits animaux). […] En prenant en compte le stockage de carbone par les terres, un régime comprenant des produits animaux dégage environ quatre fois et demie plus de gaz à effet de serre qu’un régime équilibré totalement végétal !

Le Giec recommande-t-il de manger moins de viandes pour endiguer le réchauffement climatique ? (Libération, publié le 21.08.19)

Dans ce rapport, le Giec effectue bien des comparaisons des empreintes carbone entre les types d’alimentation, mais «ne fait pas de recommandations» sur quel régime adopter […] illustre les potentiels impacts, d’ici à 2050, des différents types de régimes alimentaires en termes d’empreintes carbone et de pression sur les terres, si les systèmes de production restent les mêmes que ceux actuellement utilisés pour l’élevage et les cultures. En l’état, les régimes végétalien, végétarien et flexitarien, qui n’incluent que peu voire très peu ou pas du tout de chair animale, sont donc ceux qui ont le moins d’effets négatifs sur les empreintes carbone et de pression sur les terres, car à la production, ils nécessitent moins de sols et émettent moins de CO2 que les autres régimes alimentaires listés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.