Veille – 18 septembre 2019

Au sommaire

  • Tech & Bio, un salon super intensif
  • GIEC : changements climatiques et terres sont indissociables
  • Septième édition du salon Tech&Bio, bio mais pas que
  • Dépendance protéique : une histoire politique plus qu’agronomique
  • « Ici la terre » Un collectif d’agriculteurs veut reconnecter ville et campagne par téléphone
  • Conférence Resinter : une journée dédiée à l’élevage et aux productions animales
  • Agriculture : Soutenue par des personnalités, l’association L214 lance un appel « à en finir avec l’élevage intensif »
  • « Le crime est presque parfait », enquête sur le scandale des fongicides
  •  « Pouloducs », élevages intensifs, aliments importés : les dérives de l’œuf bio industriel

Tech & Bio, un salon super intensif (Plein champ, publié le 16.09.19)

Différentes études se veulent donc rassurantes quant à la possibilité d’une transition bio et agroécologique, respectueuse de l’environnement au sens large (pollutions, climat, ressources, biodiversité…). Accroître la production sera nécessaire pour potentiellement nourrir la population mondiale, mais pas suffisant. Encore faudra-t-il faciliter l’accès des populations à la nourriture, une des causes majeures de la faim dans le monde, qui touche en 2019 une personne sur neuf selon l’ONU, un phénomène résurgent depuis quelques années après plusieurs décennies de progrès

GIEC : changements climatiques et terres sont indissociables, (CNCD 11.11.11, publié le 16.09.19)

Le rapport préconise un retour aux pratiques agricoles plus locales, tant du côté des institutions que des exploitations. Il sera en effet nécessaire de transformer le modèle de production agricole industrielle, nocive et basée sur des produits chimiques et privilégier l’agriculture paysanne et l’agroécologie, plus respectueuses de l’environnement et des limites planétaires.

Septième édition du salon Tech&Bio, bio mais pas que (Wikiagri, publié le 16.09.19)

L’essor de l’agriculture bio et agroécologique ne peut se concevoir sans innovations. Ils interviennent aussi bien auprès d’agriculteurs bio que conventionnels.

Dépendance protéique : une histoire politique plus qu’agronomique (Coordination rurale, publiée le 12.09.19)

Plusieurs ONG présentent l’élevage européen comme principal responsable de la déforestation en Amérique du Sud à travers les importations de soja pour l’alimentation animale. Pour autant, ce ne sont pas des choix agronomiques ou de techniques d’élevage qui ont conduit les éleveurs européens à se désintéresser de leurs prairies. Ce ne sont pas les éleveurs mais bien les décideurs politiques qui ont imposé à l’Europe d’importer environ 33 millions de tonnes de soja sous toutes ses formes chaque année.

« Ici la terre » Un collectif d’agriculteurs veut reconnecter ville et campagne par téléphone (Terre-net, publié le 11.09.19)

Un collectif d’une centaine d’agriculteurs baptisé « Ici la terre », lance à partir du 19 septembre un numéro d’appel gratuit pour tous les urbains désireux de poser des questions sur le métier d’agriculteur et ses pratiques, a annoncé lundi un de ses fondateurs.

Conférence Resinter : une journée dédiée à l’élevage et aux productions animales (Alim’agri, publiés le 09.09.19)

Le ministère de l’Agriculture a organisé une conférence sur la place de l’élevage et des productions animales dans le monde de demain. En fin de journée, Frédéric Lambert, chef du service Europe et International du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, a conclu les travaux en insistant sur la nécessaire prise en compte de l’ensemble des trois piliers de la durabilité : social, économique et environnemental pour pouvoir construire la place de l’élevage dans le monde de demain. Quelle place pour l’élevage et les productions animales dans le monde de demain ?

Agriculture : Soutenue par des personnalités, l’association L214 lance un appel « à en finir avec l’élevage intensif » (20 Minutes, publié le 05.09.19)

L214 lance un appel contre l’élevage intensif, déjà soutenu par 200 signataires. Mais peut-on réellement se passer de l’élevage intensif ?

«Le crime est presque parfait», enquête sur le scandale des fongicides (Libération, publié le 09.09.19)

Dans cet ouvrage, le journaliste Fabrice Nicolino raconte, à travers l’exemple des pesticides appelés SDHI, les liens trop étroits entre fabricants de produits phytosanitaires et organismes de vigilance publics français. Une catégorie obscure de pesticides : les SDHI (pour Succinate de Hydrogenase Inhibitor), aussi appelés fongicides.

« Pouloducs », élevages intensifs, aliments importés : les dérives de l’œuf bio industriel (Bastamag, publié le 10.09.19)

C’est un marché en pleine expansion. Un œuf sur cinq vendu aujourd’hui dans l’hexagone provient d’un élevage labellisé en agriculture biologique. A la différence des poules élevées en cage ou « au sol », qui ne voient ni soleil ni herbe, celles élevées en plein air, en bio ou label rouge, ont accès à un parcours extérieur. Ces élevages peuvent cependant être assez imposants : la majorité des œufs bio vendus en grande surface proviennent d’exploitations comptant au minimum 3000 poules. Et les fermes qui se spécialisent en œufs bio ont en général des élevages trois fois plus grands.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search