Pierre Triboulet

Les réorganisations productives, la coexistence au cœur de l’innovation ?

Économiste à l’unité mixte de recherche Agir (Agroécologies, Innovations, Territoires) de l’Inra à Toulouse, Pierre Triboulet s’intéresse particulièrement aux coopérations et à l’innovation dans les filières agricoles. Ces travaux montrent que les enjeux de coexistence diffèrent selon les filières. Pour lui une approche par la coexistence permet de chercher, au-delà des oppositions, ce qui se joue entre les acteurs et les systèmes concrets, amenant paradoxalement le chercheur à s’extraire des modèles théoriques et à penser les interactions à l’intérieur de la diversité observée.
Ses mots-clés sont assez larges. Outre les plus classiques comme innovation, coopération, territoire ou projet (néanmoins difficile à utiliser car très polysémique), il utilise : coopérative, filière territorialisée, éco-innovation, mais aussi agrifood system, global value chain (qui permet d’observer la structuration des filières en fonction des relations entre acteurs), ou encore système alimentaire, pour relier la dimension production à la dimension commercialisation.
Un projet sur les processus d’innovation et de réorganisation des filières agricoles et agro-alimentaires
Pierre Triboulet

© Jennifer Turpin

Pierre Triboulet est responsable du projet PSDR (Programme de Recherche pour et sur le développement régional) Repro-Innov (« réorganisations productives et innovations dans les filières agroalimentaires »), qui associe des laboratoires de recherche toulousains : l’unité mixte de recherche AGIR (UMR Agroécologie, Innovations, Territoires), l’unité mixte de recherche LEREPS (Laboratoire d’Étude et de Recherche sur l’Économie, les Politiques et les Systèmes sociaux), l’unité de service ODR (Observatoire du Développement Rural) et des partenaires socio-économiques et institutionnels de la région Occitanie. Ce projet réunit des chercheurs en sciences sociales, essentiellement des économistes, s’intéressant aux coopérations, aux réseaux, à l’innovation et aux modes d’organisation des acteurs. Cette recherche se fait au travers d’une palette large d’approches et de méthodes : statistique, économétrie, enquêtes compréhensives, études de cas.

Le projet Repro-Innov vise à mieux comprendre les processus d’innovation et de réorganisation des filières agricoles et agroalimentaires en Occitanie, notamment biologiques. L’observation de l’ensemble des acteurs de l’amont à l’aval (agriculteurs, acteurs de la collecte et de la transformation comme les coopératives, distributeurs, etc.) permet de comprendre comment évoluent les périmètres d’action des acteurs et leurs interactions, ainsi que l’impact de la dimension territoriale sur leur organisation globale. Le projet repose sur l’hypothèse que les innovations dans le domaine agricole sont collectives et qu’elles dépendent en grande partie du mode de coopération inter- acteurs. Son objectif opérationnel est de mieux accompagner le développement de filières territorialisées durables, grâce à une meilleure appréhension des conditions de réussite des innovations à visée durable.

Le projet a démarré début 2016. Bien qu’élaboré sur le périmètre de l’ex région Midi-Pyrénées, une partie des travaux a pu être déployée sur l’ensemble de la région Occitanie. Le premier volet du projet a consisté à caractériser, à partir de données statistiques et selon diverses entrées, les formes d’organisation et d’innovation repérées. Il a permis d’élaborer entre autre une typologie d’exploitations agricoles à partir des formes de travail repérées sur l’exploitation (travail familial, salariat, sous-traitance). Le deuxième volet a ciblé les innovations portées par les coopératives agricoles, comme les nouvelles offres de service aux adhérents ou le développement de filières biologiques. Le troisième volet s’est intéressé aux modalités de coopération et de coordination entre les acteurs, au sein de projets soutenus par un pôle de compétitivité, dans des projets de filières territorialisées ou encore dans des projets d’économie circulaire. Il comporte un sous-volet lié à la consommation qui vise notamment à mieux comprendre les attentes et les besoins des consommateurs de produits sous signe agriculture biologique.

Plusieurs acceptions du modèle agricole

La question des modèles n’est pas un objet de recherche dans ce projet, mais les modèles peuvent apparaitre à plusieurs niveaux. Tout d’abord en lien avec la littérature sur la transition, qui distingue un régime dominant et des niches d’innovation, ces dernières étant formées de petits réseaux d’acteurs situés en marge de ce régime dominant. Ces modèles alternatifs peuvent alors, selon le type d’interactions développées avec le régime dominant, évoluer vers des formes hybridées, insularisées ou en coexistence. La recherche et le développement des niches d’innovation sont pour les chercheurs une des voies de déverrouillage des filières dominantes et partant d’ouverture vers des possibilités de transition agroécologique.

Le modèle peut également être abordé au travers du cadre théorique des économies de la grandeur qui permet d’analyser les modes de coordination des acteurs en lien avec le type de convention auquel ils se réfèrent. Ce cadre a été appliqué par des chercheurs de l’équipe dans le projet Tatabox (Transition Agroécologique des Territoires Agricoles) (Gaël Plumecocq et al., 2018) pour élaborer une typologie agronomique de formes d’agriculture durable, plus ou moins territorialisées et faisant plus ou moins appel à des intrants exogènes.

Le modèle apparaît aussi dans les réflexions liées à l’agroécologie menées au sein de l’UMR AGIR. Certains identifient deux formes d’agroécologie qui s’opposent ou a minima se différencient, la « strong agroecology » et la « low agroecology ». La première renverrait à un modèle mettant en avant la conception de nouveaux systèmes agricoles basés sur l’autonomie de l’agriculteur et l’appui de réseaux de connaissances locaux ancrés dans le territoire, la deuxième renvoyant au renforcement de l’efficience des intrants via la technologie et à son contrôle par des acteurs extérieurs. Or certains acteurs peuvent être très engagés dans le renforcement de l’autonomie tout en s’intéressant de près aux innovations technologiques de pointe. De fait, la coexistence et la confrontation entre ces modèles peut être beaucoup plus profonde qu’elle n’apparaît au premier regard.

La coexistence pour rendre visible certaines formes d’agriculture

Si de manière générale, la coexistence n’est pas directement posée comme un objet de recherche de l’UMR AGIR, elle en est à la fois le contexte et un élément de débat important. Caractériser la diversité des exploitations sur un territoire permet de mettre en évidence des formes d’agriculture peu documentées, occultées par le modèle de l’exploitation familiale dans le cas de l’agriculture de firme et des entreprises de travaux agricoles par exemple, et l’ancrage parfois invisible et peu revendiqué d’une partie des acteurs dans plusieurs modèles (Legagneux et Olivier-Salvagnac, 2017). L’intégration de la dimension territoriale dans les études économiques ou sociologiques conduit à interroger les éléments permettant d’observer de manière effective les phénomènes et les dynamiques de coexistence et de confrontation.

Formes de coexistence différentes selon les filières

Plusieurs éléments ressortent des travaux du PSDR Repro-Innov. Le premier est l’importance qu’accordent les acteurs économiques agricoles à la question de l’innovation et des réorganisations productives. Dans la période actuelle de forte transformation du secteur agricole et alimentaire, les acteurs cherchent à se (re)structurer pour répondre aux nouveaux enjeux sociétaux et expriment un fort besoin d’accompagnement.

Le deuxième élément valide une des hypothèses du projet PSDR Repro-Innov, c’est-à-dire l’importance des modes de coordination entre acteurs pour innover. Les organisations au sein des systèmes innovants présentent de fortes capacités à interagir et à mobiliser les dimensions réglementaires, organisationnelles et de marché. De ces interactions découlent les coexistences éventuelles. L’organisation actuelle de la filière blé dur française en oligopoles séparés entre l’industrie d’une part, et les coopératives agricoles, d’autre part, a tendance à favoriser une situation de verrouillage qui freine l’innovation, mettant tout acteur désireux de changer le système en position de confrontation et de blocage. A l’inverse, se développent dans le secteur des légumineuses de nombreuses filières émergentes qui bénéficient de l’engouement actuel pour les légumineuses, et qui contribuent à la relance et au développement de niches. Dans ces deux types de filières, les questions de coexistence ne se posent pas dans les mêmes termes et les acteurs n’y répondent pas de la même façon. D’autre part, émergent aussi, au sein des filières, des modèles hybrides, basés sur la coexistence entre agriculture conventionnelle et biologique. La coopérative Qualisol par exemple est une coopérative conventionnelle qui a développé une section biologique en son sein. Elle mixe agriculteurs conventionnels et biologiques. Cette mixité a été pour elle un atout dans la commercialisation auprès d’industries agroalimentaires cherchant à se diversifier en produits biologiques, mises en confiance par le fait d’être face à un acteur non exclusivement biologique. Cette coopérative est aujourd’hui la première organisation mixte à avoir été référencée par un distributeur historique de la bio, Biocoop. Elle a d’autre part été motrice dans une mesure agro-environnementale de protection d’une nappe de captage, impliquant pour ce faire les agriculteurs biologiques dans le conseil lié à la réduction des produits phytosanitaires en direction des agriculteurs non biologiques. La coexistence dans ce cas a permis une meilleure efficacité du système global.

Un enjeu de coexistence entre modèles agroécologique et productiviste

En termes d’enjeu scientifique, le sujet de l’innovation et de la réorganisation des filières agricoles permet de questionner la littérature sur les transitions. Celle-ci, issue de la littérature sur l’innovation technologique, met en évidence les cycles d’émergence et de remplacement des technologies. Or, dans le domaine de l’agriculture, il n’y a pas forcément remplacement d’une technologie par une autre. La montée en puissance de l’agroécologie ne se traduit pas par la disparition du modèle productiviste, leurs développements respectifs donnant lieu à des processus de coexistence et de confrontation plutôt qu’à un simple remplacement. Des modèles divers peuvent donc coexister relativement indépendamment les uns des autres. Une approche par la coexistence permet de chercher, au-delà des oppositions, ce qui se joue entre les acteurs et les systèmes concrets, amenant paradoxalement le chercheur à s’extraire des modèles théoriques et à penser les interactions à l’intérieur de la diversité observée.

D’autre part, le thème est étroitement lié à la question du système alimentaire et de la santé, d’autant plus fortement que les dimensions territoriales et biologiques de l’agriculture sont mises en avant. Les interactions ne sont plus seulement celles qui agissent de modèle agricole à modèle agricole, mais celles plus large d’un système englobant le consommateur. Or la relation entre système agricole et système alimentaire reste la plupart du temps implicite et n’est pas au cœur des recherches dans l’Unité Mixte de Recherche AGIR. Il existe de facto des convergences très fortes entre deux priorités scientifiques « coexistence et confrontation de modèles agricoles et alimentaires » et « systèmes alimentaires urbains » du département Sciences pour l’Action et le Développement de l’INRA. Ces convergences plaident pour le renforcement de cadres théoriques solides, qui permettraient d’élargir les questions de recherche et d’outiller le chercheur pour y répondre.

Prendre en compte la diversité des modèles existants

En termes de développement, montrer aux organisations comment elles sont confrontées et répondent aux logiques de plusieurs modèles (vente d’une partie de la production en circuit court tandis qu’un autre segment répond à un objectif plus productif par exemple) peut permettre de tirer parti au mieux des complémentarités et des stratégies spécifiques aux différents modèles mobilisés.

Pierre Triboulet et son équipe Odycée (Organisations, DYnamiques des Connaissances et des innovations dans les tErritoires et les filièrEs), travaillent aussi bien avec des acteurs dominants qu’avec des acteurs marginaux. Il porte de ce fait un regard neutre sur la technologie, ou a minima sans a priori négatif. De fait, l’équipe (et l’UMR) est amenée à se positionner sur deux modèles d’innovation durable, l’agroécologie et la bioéconomie. L’agroécologie renverrait à la « strong agroecology » tandis que la bioéconomie renverrait à la « low agroecology ». Bien que cette dichotomie se retrouve dans les schémas de centre de l’Inra, les chercheurs de l’équipe ne se positionnent pas. Leurs réponses aux interpellations visent à l’inverse à déconstruire la segmentation opérée pour donner à voir la richesse et la variété des situations concrètes. Cependant la recherche comme les acteurs des filières restent souvent à la traine des évolutions sociétales invitant à des approches plus ouvertes sur la société. La recherche est organisée dans une logique de spécialisation croissante et travailler sur des objets composites reste difficile pour un chercheur. Idem pour une entreprise, qui par conséquence est démunie lorsqu’elle doit, pour innover, aller voir l’agriculteur et le consommateur, c’est à dire intégrer les deux dimensions que sont la production et la consommation. Car la manière d’innover et le sens donné à cette innovation dépendent effectivement du type d’agriculture vers lequel la société veut aller, et partant du type d’alimentation qui en découle.

(Entretien réalisé le 4 septembre 2017)

Mini CV

Pierre Triboulet est ingénieur de recherche à l’Inra de Toulouse, à l’unité mixte de recherche AGIR (Agroécologies, Innovations, Territoires). Il travaille depuis 15 ans comme économiste mais son parcours emprunte aussi à la géographie et à la sociologie. Il a notamment travaillé au début de sa carrière sur les systèmes d’information géographique. Il est actuellement co-animateur de l’équipe Odycée (Organisations, DYnamiques des Connaissances et des innovations dans les tErritoires et les filièrEs), une des trois équipes de l’UMR AGIR. Composée de chercheurs en sciences sociales, cette équipe regroupe une vingtaine de chercheurs (économistes, gestionnaires, sociologues et une géographe), dont un tiers issu d’écoles d’agronomie de Toulouse et deux tiers du département Sciences pour l’action et le développement (Sad) de l’INRA. Il est associé à plusieurs projets de l’Agence nationale de la recherche : l’ANR DurDur sur la durabilité de la filière blé dur notamment et l’ANR Tatabox, projet sur la transition agroécologique porté par l’unité. Il est par ailleurs correspondant de la priorité scientifique « coexistence et confrontation de modèles agricoles et alimentaires » du département Sad.

Pour en savoir plus

PSDR repro-Innov : https://www6.inra.fr/psdr-midi-pyrenees/PSDR4/Projets-PSDR4/REPRO-INNOV

Duru M., Justes E., Falconnier G., Journet E.P., Triboulet P., Magrini M.-B., 2017. Analyse du concept de santé globale pour accompagner les transitions agricoles et alimentaires : application au cas des légumineuses. Agronomie, Environnement et Sociétés, 7, 1, 13, 83-95, https://www.agronomie.asso.fr/carrefour-inter-professionnel/evenements-de-lafa/revue-en-ligne/revue-aes-vol7-n1-juin-2017-nutrition-et-agronomie/revue-aes-vol7n1-13/

Galliano D., Gonçalves A., Triboulet P., 2017. Eco-Innovations in Rural Territories: Organizational Dynamics and Resource Mobilization in Low Density Areas. Journal of Innovation Economics & Management, 24, p. 35-62, https://doi.org/10.3917/jie.pr1.0014

Legagneux B., Olivier-Salvagnac V., 2017. Quelle main-d’œuvre contractuelle dans les exploitations agricoles ? À la base de l’éclatement du modèle familial », Économie rurale [En ligne], 357-358 |. DOI : 10.4000/economierurale.5132, http://www.cairn.info/revue-economie-rurale-2017-1-page-101.htm

Triboulet P., del Corso J.P., Duru M., Galliano D., Gonçalvès A., Milou C., Plumecocq G., 2019, Towards an integrated framework for the governance of a territorialised agro-ecological transition, in : Bergez J.E., Therond O., Audouin E. (eds) Agroecological transitions: from theory to practice in local participatory design, Springer, Cham, 121-147


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search