Atelier de la priorité COE – Journées Scientifiques du SAD (10/12.10.2018)

En octobre dernier se ont déroulées les journées scientifiques du département Sad. À cette occasion la direction du département invitent ses chercheurs à venir présenter leurs travaux, discuter des missions et de la stratégie scientifique du collectif. Cette année des ateliers étaient organisés autour des quatre priorités scientifiques du Sad.
L’atelier de la priorité Coexistence et confrontation des modèles agricoles et alimentaires visait à restituer la cartographie des recherches et à débattre d’une organisation scientifique et collective de la priorité.

Il était organisé en deux temps :

  • une présentation des trajectoires de chercheurs et de la cartographie des unités conduisant à une proposition de structuration du front de recherche,
  • quatre témoignages de chercheurs SHS et sciences agronomiques sur leur trajectoire de recherche :
    Il a été demandé aux intervenants des deux ateliers COE d’illustrer une situation de coexistence dans leur recherche et également d’expliciter comment ils en sont venus à formuler des questions autour de la coexistence et la confrontation de modèles agricoles et alimentaires, et si possible, les perspectives que cela ouvre.

    •  Atelier 1
      • Gilles Martel, UMR Bagap : D’une caractérisation de la polyculture élevage à une interrogation sur la coexistence des systèmes d’élevage dans une commune
         
      •  Gaël Plumecocq, UMR AGIR : Coexistence et coévolution des formes d’agriculture durable
         
    • Atelier 2
      • Marc Moraine, UMR Innovation : Coexistence Culture – Élevage. Déconnexion, Complémentarités, Synergies… ???

      •  Frédéric Wallet, UMR Sadapt : Formes de proximités et coexistence des modèles agricoles en Amazonie brésilienne

        (les présentations sont téléchargeables en fin d’article)

Des échanges stimulants

Les deux ateliers ont réuni 90 personnes (inscrites) ce qui atteste l’intérêt de la communauté scientifique du Sad pour la priorité. Les échanges confirment par ailleurs une appropriation de la problématique générale et une capacité critique. Certains participants en font manifestement un champ de recherche.

Plusieurs participants à l’atelier ont indiqué que la présentation plénière et celles des ateliers leur ont permis de mieux appréhender la notion de coexistence et celle de modèle (agricole ou alimentaire). Cependant, certains participants interrogent certains éléments de cadrage de la priorité, notamment la notion de “scène” (i.e. le cadre de l’interaction des situations de coexistence étudiées, qui peut être une exploitation, un territoire, etc.), et la déclinaison des modèles en tant qu’archétype, futur désiré ou normes. D’autres rappellent que l’histoire et la compétence scientifique du département sont en partie fondées sur l’analyse des pratiques. A ce titre, le modèle devient un objet pertinent lorsqu’il est l’archétype d’un ensemble de pratiques, ou le cadre de l’action projetée (en nom d’un horizon de transition ou d’une norme à atteindre).

Les échanges ont montré que les participants ont développé des questions et parfois des analyses en termes de coexistence des modèles agricoles. Plusieurs participants ont attiré l’attention sur l’engagement (associatif, médiatique, politique), voire le militantisme et le lobbying, à la fois comme objet de recherche sur les formes de confrontation entre modèles agricoles et alimentaires, ou dans leur implication personnelle. Certaines technologies émergentes (numérique, génétique telle que le CRISP-R9, etc.) peuvent modifier significativement les pratiques et les modèles agricoles. De ce fait, la recherche publique ne doit-elle pas assurer des fonctions de veille technologique et d’alerte ?
L’expression d’un modèle suppose une convergence dans les champs professionnels, scientifiques, médiatiques mais aussi politiques. A cet égard, certains géographes et sociologues du Sad interrogent l’institutionnalisation politique de l’agroécologie, ou encore comment la mise en œuvre des politiques publiques mobilise des questions de justice en lien avec les modèles agricoles invoqués. Pour approfondir ces aspects, la priorité mériterait d’associer des chercheurs en sciences politiques. Ces dernières remarques invitent à poursuivre un travail réflexif sur le positionnement du chercheur dans ses recherches, pour interroger son rapport à l’action, aux acteurs et aux connaissances.

Perspectives

Les ateliers ont confirmé la pertinence des actions engagées : veille informationnelle du web, séminaires de recherche, séminaire des correspondants de la priorité, réalisation de trajectoires de chercheurs, publication d’un ouvrage, coordination d’un numéro spécial, etc.

Les ateliers nous invitent à enrichir la priorité par les actions suivantes :

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.