Veille – 4 avril 2019

Au sommaire

  • « Agri-bashnig » : EELV Bourgogne Franche-Comté appelle à …
  • Agriculture bio Didier Guillaume opposé à l’idée d’une TVA à 0 % sur le bio, émise par Leclerc
  • Groupe bio en cuma ? Réponses “made in Gers”, épisode 2
  • HVE : haute valeur d’encadrement
  • Bio: l’art délicat de la cohabitation
  • OGM ou pas ? Le point sur le blé Renan
  • «Arte» face aux «défis d’une autre agriculture»
  • Dépasser la notion d’«alimentation» pour parvenir à «nourrir» le monde
  • 17 avril – Découvrir un scénario de transition agro-écologique : TYFA – Paris
  • Le secrétaire national des Verts opposé au « modèle agricole destructeur » de la porcherie industrielle de Barrais-Bussolles
  • Agricultures paysanne et biologique : avancer ensemble
  • Au salon de l’agriculture : le modèle français face à ses contradictions


« Agri-bashnig » : EELV Bourgogne Franche-Comté appelle à … (publiée le 20.03.19)
Dans un communiqué du 19 mars 2019, EELV [Europe Écologie Les Verts] s’inquiète de la campagne dite de “réhabilitation” de l’agriculture et de ses agriculteurs, “stop à l’agri-bashing”, initiée par la Région Bourgogne Franche-Comté et sa présidente Marie-Guite Dufay. Les écologistes parlent d’une “mauvaise blague”. […] Pour EELV, « Il n’y a pas « d’agri- bashing » mais une remise en cause d’une agriculture industrielle et intensive qui ne rémunère plus les paysans, détruit le tissu social, l’environnement et la santé.»

Agriculture bio Didier Guillaume opposé à l’idée d’une TVA à 0 % sur le bio, émise par Leclerc (publiée le 28.03.19)
Le ministre de l’agriculture Didier Guillaume s’est déclaré opposé jeudi à l’idée d’une TVA à 0 % sur le bio, une proposition du distributeur Michel-Edouard Leclerc pour rendre ces aliments “plus accessibles » aux personnes modestes”. […] En revanche, la semaine dernière, le ministre de la transition écologique François de Rugy s’était dit favorable à un taux de TVA réduit pour les produits bio. […] « La TVA peut être modulée », avait-il dit. […] “Par exemple, les produits alimentaires bio pourraient avoir une TVA plus faible que les produits alimentaires issus de l’agriculture industrielle”.

Groupe bio en cuma ? Réponses “made in Gers”, épisode 2 (publiée le 29.03.19)
Un groupe bio en cuma ? Au sein de la cuma, ce sont 5 adhérents qui se lancent et entament une formation dédiée à la Chambre d’agriculture en février 2018, ce qui aboutit à la création d’un groupe bio au sein de la cuma. Trois présidents de cuma témoignent de la manière dont ils ont intégré un groupe bio dans leurs effectifs. Entre audace et prudence, ces initiatives ont renforcé l’activité des groupes, y compris celle des adhérents en conventionnel. Aujourd’hui, épisode 2, avec Jean-Pierre Doat, de la cuma la Belmontaise.

HVE : haute valeur d’encadrement (publiée le 29.03.19)
[…] le ministère de l’Agriculture souhaite remettre à l’honneur la certification Haute valeur environnementale (HVE) – une version retravaillée de l’agriculture raisonnée. La HVE est une certification officielle qui vient s’ajouter à la multiplicité des mentions et labels privés. […] S’il manque aujourd’hui un élément au consommateur pour qu’il effectue ses choix, ce n’est pas une certification HVE mais une traçabilité parfaite l’informant clairement de l’origine et de la composition de ce qu’il achète.[…] La rigidité et la standardisation des démarches de certification constituent le principe inverse de l’agroécologie, concept large incarné par l’observation et l’expérimentation menées par tout agriculteur responsable.

Bio: l’art délicat de la cohabitation (publiée le 29.03.19)
Entre bios et conventionnels, cela peut être compliqué de partager des matériels ou des équipements en commun sans mettre en péril la certification de l’exploitation. Concernant l’utilisation en commun de matériels, SECURBIO préconise de spécialiser le matériel servant à la culture bio. – ou alors de nettoyer efficacement et impérativement le matériel lors de l’usage d’un pulvérisateur ou d’une moissonneuse entre un producteur conventionnel et bio.

OGM ou pas ? Le point sur le blé Renan (publiée le 26.03.19)
L’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne du 25 juillet 2018 sur le caractère OGM des plantes issues de mutagénèse n’a pas plu à tout le monde. Pour justifier leur opposition à cet arrêt, certains commentateurs prétendent qu’il fait de la variété de blé tendre la plus utilisée en agriculture biologique, le blé Renan, un OGM. Nous sommes remontés dans le temps, non sans mal puisque toutes les informations ne sont pas rendues publiques, pour comprendre les diverses interventions techniques qui ont permis la mise au point de cette variété. Le constat est sans appel : la variété Renan n’est pas un OGM au sens des réglementations européenne et internationale. Ce qui n’interdit pas de s’interroger sur certains procédés d’« amélioration » mis en œuvre pour son obtention.

«Arte» face aux «défis d’une autre agriculture» (publiée le 25.03.19)
Alors que le modèle prédominant d’une agriculture conventionnelle shootée aux pesticides s’essouffle, les réalisateurs Tatjana Mischke et Caroline Nokel ont donné la parole aux défenseurs de pratiques durables et respectueuses de l’environnement. […] Sans concessions, le documentaire pérennise l’idée que le bio est indissociable de notre futur, en s’appuyant sur l’expertise d’ingénieurs agronomes. «Le système de l’agriculture industrielle n’est pas stable. A partir du moment où il ne pourra plus s’appuyer sur les produits chimiques […] ça ne marchera plus», tance l’un d’eux. Mais pour changer, encore faut-il que les politiques suivent, comme les consommateurs. Diffusion en replay jusqu’au 20 juin.

Dépasser la notion d’«alimentation» pour parvenir à «nourrir» le monde (publiée le 22.03.19)
L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’engage à travailler aux côtés de l’Unesco et avec d’autres partenaires afin de redonner à la nourriture ses lettres de noblesse et d’encourager les gouvernements du monde entier à instaurer des politiques publiques visant à s’assurer que l’accès à une nourriture saine et la célébration de la nourriture ne soient pas le privilège de certains mais bel et bien un droit accessible à tous.

17 avril – Découvrir un scénario de transition agro-écologique : TYFA – Paris (publiée le 20.03.19)
Les actions locales en matière d’agroécologie en France et en Europe se heurtent souvent à un argumentaire global sur le registre : « il faudra nourrir 9 milliards d’hommes en 2050, le modèle agricole productiviste est incontournable ». L’exercice de modélisation du système alimentaire européen entrepris dans le projet TYFA (Ten Years For Agrocology) propose et argumente sur des bases quantifiées un récit alternatif, reposant sur la généralisation d’une agriculture agroécologique à l’échelle européenne en 2050.

Le secrétaire national des Verts opposé au « modèle agricole destructeur » de la porcherie industrielle de Barrais-Bussolles (publiée le 20.03.19)
Dans le cadre de la campagne des élections européennes d’Europe Écologie Les Verts, son secrétaire national, David Cormand, était de passage dans l’Allier, ce mardi. L’occasion de faire une halte devant la porcherie industrielle de Barrais-Bussolles, dont l’extension fait polémique. […] “En réponse au projet d’extension de cette porcherie industrielle hors-sol, on souhaite attirer l’attention sur ces usines à viande, à lait ou à œufs. Et sur ce modèle agricole destructeur, intensif et polluant. Il a pour conséquences de fragiliser l’agriculture paysanne et l’emploi, de créer des aliments de mauvaise qualité, de ne pas prendre en compte la condition animale et de nuire à l’environnement (faune piscicole, qualité de l’eau…)”, insiste David Cormand.

Agricultures paysanne et biologique : avancer ensemble (publiée le 20.03.19)
L’agriculture paysanne et l’agriculture biologique sont deux mouvements de rupture forte avec les orientations des politiques agricoles. D’une part l’agriculture biologique repose aujourd’hui sur un label. Lors des élections professionnelles en chambre d’agriculture de janvier 2019, la Confédération paysanne portera le projet politique de l’agriculture paysanne décrit plus haut, dans lequel l’agriculture biologique a toute sa place.

Au salon de l’agriculture : le modèle français face à ses contradictions (publiée le 20.03.19)
Grand rendez vous annuel du monde agricole, le salon de l’agriculture se veut un panorama des réussites de l’agriculture française. Pourtant, au-delà des slogans et des sourires vendeurs, l’édition 2019 est a surtout été l’occasion de constater la déliquescence du modèle français, qui plus que jamais se cherche sans parvenir à surmonter ses contradictions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.