Veille – 17 avril 2019

Au sommaire

  • Pour que l’agriculture change vraiment, il faut renforcer l’enseignement agricole public
  • Avant les élections européennes, la Politique agricole commune au ras des champs
  • « Le Grain et l’Ivraie » : l’Argentine malade du glyphosate
  • Lettre à ma fille: « Demain, la faim si l’on ne fait rien »
  • Comment faire cohabiter des stratégies d’exploitations divergentes en cuma ?


Pour que l’agriculture change vraiment, il faut renforcer l’enseignement agricole public (Libération, publié le 12.04.19)

Les mots sur la transition agro-écologique ne suffisent pas, cette année encore près de 62 000 tonnes de pesticides ont été pulvérisées dans les campagnes françaises… Une révolution des pratiques agricoles doit commencer dès la période d’apprentissage. Pour que l’agriculture change vraiment, il faut renforcer l’enseignement agricole public. De renoncement en renoncement, un changement radical des pratiques agricoles est dorénavant un impératif mais une partie de la profession semble encore vouloir se voiler la face, les lobbies des firmes agricoles et alimentaires n’ayant quant à eux aucunement l’intention de renoncer. Concernant le domaine clé de la formation, lors du Salon de l’agriculture, le gouvernement a lancé une grande campagne de promotion de l’enseignement agricole.

Avant les élections européennes, la Politique agricole commune au ras des champs (L’express, publié le 14.04.19)

“Sans aides PAC, on n’y arrive pas, ce n’est pas possible”, estime le jeune homme, installé depuis neuf ans. Ces remarques ont le don d’irriter d’autres agriculteurs, qui voudraient installer la future PAC au coeur d’une transition écologique et alimentaire. Lui aussi touche des aides PAC, même s’il n’a pas encore reçu les aides promises lors de sa conversion en agriculture biologique.

« Le Grain et l’Ivraie » : l’Argentine malade du glyphosate (Libération, publié le 09.04.19)

Dans son documentaire qui sort ce mercredi au cinéma, le cinéaste et homme politique argentin Fernando Solanas filme le désastre sanitaire, écologique et social qui frappe son pays depuis l’adoption d’un modèle agricole basé sur les monocultures de soja OGM arrosées de pesticides.La phrase est dite d’une voix douce, calme, chantante, celle de l’un des grands noms du cinéma argentin, Fernando Solanas. Son film n’apprendra pas grand-chose à ceux qui ont vu les documentaires de Marie-Monique Robin, en particulier le Roundup face à ses juges, sorti en 2017, au sujet du tribunal citoyen qui s’est tenu en 2016 à La Haye et où témoignait déjà Damián Verzeñassi, un docteur en santé publique argentin qui a mené une vaste enquête épidémiologique dans son pays. Mais il a le mérite de citer des alternatives écologiques, au succès grandissant (l’Argentine se hisse au 2e rang mondial en matière de surfaces certifiées en agriculture biologique, nous apprend le documentaire).

Lettre à ma fille: « Demain, la faim si l’on ne fait rien » (Médiapart, publié le 10.04.19)

La crise climatique en éclipse une autre, plus apte à mobiliser : celle de nos systèmes alimentaires, qui se profile avec la raréfaction du pétrole. La faim et le déclin démographique pourraient être une réalité, mais non une fatalité.[…] à ce jour, sans pétrole, aucun système agricole n’est capable de couvrir nos besoins caloriques. […] Des solutions existent, comme le biogaz. Mais elles impliquent un changement de culture, dans tous les sens du terme…

Comment faire cohabiter des stratégies d’exploitations divergentes en cuma ? (entraid’, publié le 05.04.19)

Faire cohabiter des agriculteurs dont les exploitations ont des objectifs différents, c’est tout l’enjeu des cuma aujourd’hui. Créées autour de l’élevage, elles incluent aujourd’hui des adhérents céréaliers, viticulteurs, quelques éleveurs et maraîchers, qui travaillent dans des exploitations de tailles très hétérogènes, avec des modes de conduite qui diffèrent également parfois: bio et conventionnels cohabitent au sein des cuma…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.