Veille – 21 août 2019

Au sommaire

  • Aux Pays-Bas, des fermes d’un nouveau type face au défi climatique
  • Quelle géographie des transitions agricoles en France ? Une approche exploratoire à partir de l’agriculture biologique et des circuits courts dans le recensement agricole 2010
  • Roquefort contre McDo : 20 ans après, José Bové revient sur son coup d’éclat
  • Le nouveau rapport du Giec, une forme de plébiscite pour l’agroécologie
  • Terres agricoles des villes : des expériences innovantes d’agriculture
  •  Viande in vitro : un nouveau sujet de discorde est-il en train de naître ?
  • « Les investissements dans l’agriculture africaine ne doivent pas profiter qu’aux multinationales »
  • Le Brésil a-t-il besoin d’une réforme agraire ?

Aux Pays-Bas, des fermes d’un nouveau type face au défi climatique (20 minutes, publié le 19.08.19)

“Le « Herenboerderij » (« ferme seigneuriale »), modèle de ferme collective unique aux Pays-Bas, appartient à 200 familles de Boxtel. […] Ce modèle de ferme collective est révolutionnaire aux Pays-Bas, rois de l’agriculture intensive : le petit pays est actuellement le deuxième exportateur mondial de produits agricoles et agroalimentaires, derrière les États-Unis. Or, l’agriculture intensive est en partie responsable du changement climatique, et en subit directement les effets : Aussi, le pays se met à repenser son système de production.”

Quelle géographie des transitions agricoles en France ? Une approche exploratoire à partir de l’agriculture biologique et des circuits courts dans le recensement agricole 2010 (Cahiers Agricultures (28, 16), publié le 14.08.19)

Ce travail débouche sur une proposition de typologie d’exploitations combinant le mode de production (biologique ou non), le mode de commercialisation des produits et la part du chiffre d’affaire réalisée en circuit court. Au final, la géographie que dessine cette typologie d’ensemble des agricultures en transition emprunte certes des éléments explicatifs au contexte géo-agronomique des exploitations. Mais elle semble également indiquer que la nature du contexte socio-territorial dans lequel s’insèrent les exploitations infléchit les formes de transition agricole. Les espaces ruraux les moins dynamiques et les plus marqués par l’héritage du modèle productiviste restent dans leur grande majorité les plus résistants à l’émergence des formes de transition considérées dans cet article.

Roquefort contre McDo : 20 ans après, José Bové revient sur son coup d’éclat (Le Point, publié le 12.08.19)

Le 12 août 1999 au matin, 300 personnes – des éleveurs, paysans, militants de la « Conf », amis ou syndicalistes – se retrouvent sur le chantier du McDonald’s de Millau. Sur une estrade improvisée, le porte-parole de la Confédération paysanne, José Bové, prononce un discours qui va « inventer » le combat contre « la malbouffe », un terme emprunté au scientifique français Joël de Rosnay. « McDo est le symbole de ces multinationales qui veulent nous faire bouffer de la merde et qui veulent faire crever les paysans », lance alors le militant à la moustache. Le McDo est démonté et quatre militants interpellés, mis en examen et écroués quelques jours plus tard.

Le nouveau rapport du Giec, une forme de plébiscite pour l’agroécologie (Actu-environnement, publié le 12.08.19)

“Nous devons mettre fin à l’agriculture industrielle destructrice et investir dans les approches agroécologiques qui stockent du carbone, améliorent la santé des sols et augmentent les rendements”, réagit Nicolas Vercken d’Oxfam France après la publication du rapport. (…) La FNSEA et la Coordination rurale sont en revanche très critiques sur le manque de cohérence de l’exécutif qui plébiscite les accords de libre-échange. La Coordination rurale dénonce l’attitude du gouvernement qui “fanfaronne” sur les mesures de lutte contre le changement climatique “alors qu’il y a à peine une semaine, le même gouvernement ratifiait le Ceta !”. “Repenser le système alimentaire ne veut pas simplement dire lutter contre le gaspillage alimentaire ou réduire la consommation de viande ! Le système alimentaire doit changer aussi en arrêtant d’importer des grains, des protéines végétales et de la viande de basse qualité de l’autre bout du monde !”, prévient le syndicat agricole.

Terres agricoles des villes : des expériences innovantes d’agriculture (Les cafés géographiques, publié le 11.08.19)

Les agricultures urbaines peuvent concerner toutes les productions végétales et animales. Les pratiquants agricoles sont très divers : certains sont des professionnels, d’autres des amateurs. (…) De nombreuses agricultures urbaines sont des agricultures héritées. Toute l’histoire de l’agriculture urbaine montre un lien tenu entre ville et agriculture marqué par des complémentarités mais aussi des concurrences.(…) Cette agriculture urbaine est aussi très liée à un mouvement de contestation du modèle agricole industriel. (…) A Montpellier il existe une agriculture marchande professionnelle avec des vignobles, du maraichage, des oliveraies, etc. Au nord de la ville, coexistent des parcelles liées à l’activité de recherche, des jardins partagés mais aussi un agriparc à vocation récréative.

Viande in vitro : un nouveau sujet de discorde est-il en train de naître ? (Graine de mane, publié le 11.08.19)

Jusqu’ici les choses étaient simples : d’un côté il y avait l’élevage intensif, l’industrie agroalimentaire, l’agrochimie… bref, le modèle agro-industriel. En face, les partisan.e.s de l’agriculture paysanne et biologique, les mouvements écologistes, végétariens ou véganes, faisaient plus ou moins cause commune en critiquant l’industrialisation de l’agriculture. (…) Mais avec l’arrivée de la viande in vitro, les choses risquent de devenir un peu plus compliquées. Produite par culture en laboratoire de cellules souches prélevées dans le muscle d’un bœuf ou d’une volaille, la viande in vitro se rapproche de plus en plus du marché. (…)Les hostilités viennent d’être ouvertes. D’abord par une passe d’armes dans les pages de la revue en ligne Terrestres, entre la chercheuse de l’Inra Jocelyne Porcher et Evelyne Vieille-Blanchard, présidente de l’Association Végétarienne de France, la deuxième réfutant l’accusation portée par la première : que les véganes seraient « les idiots utiles » des grandes entreprises investissant dans la viande in vitro.

« Les investissements dans l’agriculture africaine ne doivent pas profiter qu’aux multinationales » (Le Monde, publié le 06.08.19)

Jusqu’à présent, en effet, les nombreux financements dans l’agriculture en Afrique ont le plus souvent profité aux entreprises internationales, au détriment des compagnies locales. Car, comme le soulignent Jean-Luc Buchalet et Christophe Prat dans leur livre intitulé Le futur de l’Europe se joue en Afrique (éd. Eyrolles, 2019), « les donateurs se focalisent avant tout sur le volume de l’aide, plutôt que sur son efficacité, et sur le retour sur investissement en favorisant leurs multinationales. » Une dynamique malheureuse encore remarquée récemment avec la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la malnutrition (Nasan), laquelle s’est attiré de vives critiques pour avoir encouragé «la promotion de grandes industries alimentaires, au détriment des modèles agricoles locaux et de sécurité alimentaire », pointe la chercheuse Esther Schneider dans une analyse publiée en avril par l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS, à Paris).

Le Brésil a-t-il besoin d’une réforme agraire ? (Calenda, publié le 06.08.19)

Le Brésil est un pays de taille continentale. En dépit d’une grande réserve foncière, l’accès à la terre, et notamment à la propriété, est au centre de conflits importants. Vestige du système latifundiaire colonial, la concentration foncière s’accompagne du développement d’un modèle agricole basé sur l’exportation de matières premières. À partir du XXe siècle, les revendications paysannes s’organisent et réclament plus de justice agraire en appelant à une redistribution des terres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.