Sylvie Lardon

De l’agriculture à l’alimentation, vers une intégration des dynamiques de développement des territoires ruraux et urbains

 Sylvie Lardon est une spécialiste du développement des territoires en relation avec l’agriculture et l’alimentation. Dans une visée de développement des territoires, c’est bien la coexistence et les hybridations entre les formes d’organisation qu’il faut prendre en compte, d’une part pour rendre visibles des initiatives alimentaires non encore connues des organismes de développement ou d’accompagnement et d’autre part pour proposer aux acteurs des territoires de nouveaux outils d’analyse des dynamiques à l’œuvre et de construction d’actions collectives.

La question des modèles de développement des territoires ruraux et périurbains au cœur de ses recherches

Sylvie Lardon a toujours été intéressée par les problématiques d’organisation spatiale et par la formation. Son implication comme professeure à AgroParisTech à Clermont-Ferrand lui permet de tester « grandeur nature » les approches participatives du développement territorial. Formaliser la notion d’objets spatiaux intégrateurs lui permet de développer l’idée que les objets spatiaux peuvent être des objets intermédiaires autour desquels les acteurs peuvent se coordonner et qui ont la double propriété d’être à la fois des révélateurs des dynamiques et des objets d’action porteurs de sens pour les acteurs. La question des modèles de développement des territoires ruraux et périurbains est au cœur de ses recherches sur le diagnostic de territoire. Ses différentes participations aux projets mettant en relation développement territorial, agriculture et alimentation (projet PSDR RessTerr [Ressources territoriales], politiques publiques et gouvernance[1], projet ANR Daume [Durabilité des agricultures urbaines en Méditerranée[2]]) la mènent vers l’idée que l’alimentation est un enjeu fédérateur des articulations entre ville et agriculture, entre dynamiques rurales et urbaines.

La coexistence de modèles au cours d’un projet de recherche action sur l’alimentation dans les territoires

Sylvie Lardon coordonne, dans le cadre du programme Pour et Sur le Développement Régional (2015-2020)[3], le projet « Inventer – Inventons nos territoires de demain, pour de nouveaux modèles de développement des territoires ruraux et péri-urbains »[4] qui vise à formaliser les dynamiques d’évolution des territoires ruraux et métropolitains, en prenant appui sur la gouvernance alimentaire, et à concevoir l’accompagnement du changement dans un dispositif de Recherche-Formation-Action. Il se déploie sur un territoire articulant l’urbain (le Pôle d’équilibre territorial et rural du Grand Clermont) et le rural (le Parc Natural Régional Livradois-Forez). Le projet réunit une diversité de chercheurs (chercheurs académiques ou à l’articulation entre recherche et action et nouveau partenariat de recherche avec les sciences de gestion), et des acteurs institutionnels du développement territorial (Projet Alimentaire Territorial du Grand Clermont et du PNR Livardois-Forez, Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt de la région Auvergne-Rhône-Alpes), de l’accompagnement (Chambre d’Agriculture 63) et de la formation (Institut d’Auvergne du développement des territoires, AgroParisTech Executive).

À travers l’émergence de la question de l’alimentation, la recherche dans le projet « Inventer » porte sur la manière de penser et de formaliser de nouvelles façons d’intégrer le développement des territoires ruraux et péri-urbains. La recherche s’appuie sur l’hypothèse que l’alimentation peut être fédératrice des dynamiques de développement d’un territoire. La notion de modèle alimentaire n’est pas formalisée au départ du projet. Ce n’est pas une demande des acteurs du territoire, et l’équipe ne possède pas de véritable background théorique autour des systèmes alimentaires. Les chercheurs cherchent à mettre en évidence l’hybridation et l’articulation des formes d’organisation territoriales innovantes, des acteurs et des échelles, qui font émerger des dynamiques de développement. Pour Sylvie Lardon, dans cette optique une configuration spatiale formalisée peut être considérée comme un modèle, sans référence obligatoire aux modèles conceptuels du chercheur ou du militant.

Au cours de l’évolution du projet, la question de la coexistence émerge : le travail réalisé en parallèle dans le séminaire Format organisé par l’Inra et le Cirad permet de mieux formaliser les dimensions du système alimentaire territorial et de coexistence des modèles. Combiner l’agriculture et les nouveaux enjeux liés à l’alimentation revient à interroger des modèles de développement. De plus, dans une visée de développement intégrateur des territoires, ce n’est pas tant la juxtaposition de formes d’organisation qu’il importe d’observer et d’analyser, mais bien la coexistence et les hybridations entre ces formes, d’une part pour rendre visibles des initiatives alimentaires non encore connues des organismes de développement ou d’accompagnement, et d’autre part pour proposer aux acteurs des territoires de nouveaux outils d’analyse des dynamiques à l’œuvre et de construction d’actions collectives. La coexistence concerne ainsi à la fois les territoires en tant que tels (leur articulation au travers de la question alimentaire), et les dynamiques locales contribuant à l’émergence de configurations nouvelles qui pourraient inspirer des dispositifs institutionnels. La coexistence est ainsi pensée, dans cette recherche à base empirique, comme un contexte et comme un résultat, le révélateur de combinaisons potentiellement intéressantes en termes de développement territorial.

Une analyse de la coexistence de modèles agricoles
et alimentaires par la
réalité du terrain

Dans le projet « Inventer », l’entrée principale de la recherche se fait par les observations de terrain, relayées par les acteurs. Plus que la coexistence des formes d’agriculture (grandes exploitations céréalières dans la plaine, systèmes d’élevage dans les contreforts du Livradois, petites exploitations diversifiées alternatives dans les interstices, ce sont les visions de l’agriculture et de l’alimentation portées par les acteurs qui est observée. La coexistence n’est pas abordée de manière théorique, mais comme un concept heuristique en phase avec les questions posées par le terrain, permettant des réflexions globales et transversales. C’est souvent dans un deuxième temps que sont posés les cadres théoriques, celui de la transition ou des systèmes alimentaires territoriaux en particulier.

Deux résultats saillants en termes de coexistence peuvent ressortir de cette recherche en cours. Tout d’abord la difficulté à donner à voir aux différents acteurs le point de vue des autres. Les acteurs, impliqués dans leur propre logique (qu’elle soit liée à un modèle urbain ou rural), ont du mal à s’en extraire, et de fait à percevoir les propriétés des formes d’organisation d’autres modèles et l’intérêt de combinaisons/hybridations. Ensuite, la difficulté de percevoir sur le terrain les nouvelles formes d’organisation qui participent à l’émergence de projets alimentaires territoriaux, du fait de la profusion d’initiatives et du manque d’éléments d’analyse adaptés à ce regard.

Le projet met en avant le fait qu’il faut rendre visibles ces organisations, ce que les outils de représentation spatiale peuvent aider à faire. Si l’expérience menée sur ce territoire peut paraître anecdotique à une échelle macro, le raisonnement et la manière de révéler les dynamiques et les articulations sont génériques. Les modalités d’appropriation par les acteurs de l’accompagnement des dynamiques territoriales et leur transformation en outils d’action, demande encore beaucoup d’investigations.

Pluridisciplinarité, approches systémiques et dimensions territoriales

Pour Sylvie Lardon, les collaborations et les confrontations avec d’autres disciplines sont très importantes pour mener ses travaux. Elle travaille avec des chercheurs ayant des outils spécifiques suffisamment différents des siens pour que les points de vue des uns et des autres s’en trouvent enrichis. L’objet intégrateur de cette pluridisciplinarité, qui permet d’articuler les méthodologies, est la notion d’organisation, des acteurs, des activités et des espaces. Dans le PSDR « Inventer », les chercheurs en science de gestion contribuent à éclairer la question des controverses portées par les chercheurs et les acteurs (par exemple sur la place de l’alimentation comme objet ou comme levier de développement, ou sur la différenciation du territoire comme contrainte ou complémentarité entre les espaces, …). Cela permet de mettre en évidence les désaccords, les besoins d’explicitation et donne à chacun la capacité de se positionner dans une démarche réflexive et critique.

Les mots clés utilisés pour identifier cette thématique de recherche ne sont pas tant les mots-clés liés à la thématique (coexistence, système alimentaire, etc.) mais ceux qui rendent compte des articulations et des approches systémiques (hybridation, adaptation, intégration, …), ainsi que des dimensions territoriales (projet territorial, gouvernance territoriale, design territorial) et organisationnelles (niveaux d’organisation, organisation spatiale, articulation d’échelles, etc.). La recherche bibliographique peut être faite par analogie à des travaux pouvant concerner de tous autres domaines.

La coexistence entre enjeu scientifique et synergie
avec les acteurs

Travailler sur la coexistence des dynamiques de développement des systèmes alimentaires et leur hybridation est un enjeu scientifique : cela apporte des éléments nouveaux et intéressants sur de nombreuses questions transversales, comme par exemple la participation de la société civile ou la durabilité des systèmes. Ces types de questionnement ont du sens à la fois pour l’action et à la fois pour la connaissance scientifique, et contribuent à faire évoluer les politiques de développement territorial.

D’un point de vue personnel, cette approche de l’alimentation posée en termes de développement territorial permet à Sylvie Lardon d’être dans une dynamique de synergie avec les acteurs des territoires, en leur permettant d’apprendre et en apprenant avec eux. Elle répond aux interpellations des acteurs de terrain en montant un dispositif de recherche partenariale permettant de travailler sur les questions posées, avec les outils qu’elle maîtrise et en allant chercher d’autres partenaires maîtrisant d’autres outils pour une meilleure intégration territoriale

(Entretien réalisé le 11 août 2017)

 Mini CV

Sylvie Lardon est directrice de recherche à l’Inra, au département Sciences pour l’Action et le Développement (SAD), et professeure à AgroParisTech, membre de l’Unité Mixte de Recherches Territoires à Clermont-Ferrand (63).Titulaire d’un doctorat et d’une HDR en Biométrie, ses domaines de compétence principaux s’articulent autour de la géographie des organisations et des représentations, de la géo-agronomie et de la géomatique.

 En savoir plus

Amblard L., Berthomé K., Houdart M., Lardon S., 2018. L’action collective dans les territoires. Questions structurantes et fronts de recherché, Géographie, Économie, Sociétés, 20, 71-90.

Dumat C., Massaloux D., Limbertie A., Lardon S., 2018. Comment concevoir l’approvisionnement local des villes et promouvoir une alimentation durable dans les territoires ? Revue Agronomie, Environnement & Sociétés, 8, 2, 87-98

Lardon S., 2017. L‘aménagement du territoire au prisme des transitions territoriales : un triple processus à l’œuvre. Pouvoirs Locaux, 110, 2, 81-86.

Lardon S., 2015. L’agriculture comme potentiel de développement des territoires péri-urbains. Analyse par les configurations socio-spatiales. ArticuloJournal of Urban Research, Special issue 6, https://journals.openedition.org/articulo/2673

Lardon S., Capitaine M., Bonin S., Madelrieux S., Prévost P., 2018. Quelles leçons tirer de l’analyse des situations agricoles pour les usages du design territorial par les agronomes ? Revue Agronomie, Environnement & Sociétés, 8, 2, 127-130.

Lardon S., Houdart M., Loudiyi S., Filippini R., Marraccini E., 2017. Food, integrating urban and agricultural dynamics in Pisa, Italy, in Soulard C.-T., Perrin C., Valette E., Toward sustainable relations between agriculture and the city, 15-31. DOI : 10.1007/978-3-319-71037-2_2.

Loudiyi S., Abrantes P., Bendjaballah O., Lardon S., Mousselin G., Scheromm P., Soulard C., Valette E., 2017. The integration of agricultural and urban development by local projects: A methodological approach comparing case studies », In Soulard C.-T., Perrin C., Valette E., Toward Sustainable Relations between Agriculture and the City, 129-143. DOI : 10.1007/978-3-319-71037-2_8.

[1] https://www.psdr4-auvergne.fr/PSDR-3/Les-neuf-projets/RessTerr-Auvergne

[2] http://www1.montpellier.inra.fr/daume/

[3] https://www.psdr.fr/

[4] http://www6.inra.fr/psdr-inventer/

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.