Veille – 16 octobre 2019

Sommaire

  • Ratification du CETA : la CR interpelle les sénateurs
  • Quelle stratégie pour l’agriculture en Afrique ?
  • Générations Futures fait du fact-checking et se trompe
  • Traiter les questions socialement vives, ou comment faire entrer les apprenant.e.s dans la complexité du monde par la pédagogie de l’enquête
  • Sébastien Windsor à Tech&Bio : « agricultures bio et conventionnelle ont des synergies à développer »
  • #AssisesAgriAgro2019 Deux jours de débats et d’échanges sur les sujets agricoles actuels
  • Bienvenue dans l’agriculture paysanne !
  • Stigmatisation, concurrence… Les paysans se mobilisent
  • Félix Noblia teste des pratiques agricoles alternatives
  • Le véganisme est-il soluble dans l’agroécologie ?
  • Élevage: le bio pour sortir de la crise ?
  • Alimentation durable : « Éviter les trop grosses concentrations d’élevages »
  • Notre-Dame-des-Landes : Même si « tout n’est pas réglé », la ZAD sera agricole et surtout bio
  • Huit cents fermes maraichères verticales en exploitation ou en cours de construction dans le monde
  • Les feux de la colère
  • Pourquoi la prise en compte de l’écologie est difficile dans le système économique actuel ?
  • Cacao : « il n’est plus possible de consommer avec des œillères »
  • Cibler les médias pour limiter l’agribashing

Ratification du CETA : la CR interpelle les sénateurs (Coordination rurale, publié le 14.10.19)

Les CR départementales de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ont interpellé les sénateurs au sujet de la ratification du CETA. (…) Leur vote ne concerne pas seulement les tonnages de produits agricoles qui seront échangés entre l’Union européenne et le Canada, il va bien au-delà. Accepter cet accord de libre-échange engage pleinement notre modèle agricole et par suite notre modèle alimentaire et sociétal.

 Quelle stratégie pour l’agriculture en Afrique ? (ConsoGlobe, publié le 14.10.19)

L’effervescence est à son comble depuis quelques années sur le thème de l’e-agriculture, c’est-à-dire tout un ensemble d’applications en matière de vulgarisation des savoirs, de prévision météorologique, de surveillance pastorale ou de vente de produits agricoles…« L’agriculture africaine doit faire mieux et produire plus. Si l’on continue avec les méthodes traditionnelles, seuls 13% de la population pourront être nourris en 2050 » explique son directeur général, Joseph Olivier Biley. La jeune Start-up ivoirienne a déjà glané de nombreux prix, dont l’Euronema Awards, le prix de la meilleure startup africaine(3). (…) Pour la première ONG française de développement, dont la vocation est de s’attaquer aux causes de la faim dans le monde, le risque est de voir apparaître un nouveau mode d’accaparement des terres, les grandes entreprises agroalimentaires cherchant à compenser leurs émissions industrielles en finançant le stockage de CO2 dans les sols agricoles, y compris dans les pays du Sud.

Générations Futures fait du fact-checking et se trompe (Agriculture Environnement, publié le 14.10.19)

À l’ouverture du dernier Salon de l’agriculture, la journaliste Emmanuelle Ducros signalait dans un article du quotidien L’Opinion que, pour la deuxième année consécutive, The Economist avait classé« l’agriculture française au premier rang mondial de la durabilité. Soulignant que cette étude, réalisée par l’Intelligence Unit du magazine britannique (TEIU), était « passée relativement inaperçue », elle rappelait encore quelques jours plus tard sur la chaîne Public Sénat que « la France a l’agriculture la plus vertueuse du monde». Ses propos, relayés par l’Académie d’agriculture de France et par le ministère de l’Agriculture, sont repris depuis lors régulièrement sur les réseaux sociaux, dans le but, notamment, de contrecarrer les attaques récurrentes auxquelles le monde agricole est en butte. On conçoit aisément qu’admettre que le modèle agricole français puisse être considéré comme vertueux soit plutôt embarrassant pour les tenants de la décroissance et du tout-bio !

Traiter les questions socialement vives, ou comment faire entrer les apprenant.e.s dans la complexité du monde par la pédagogie de l’enquête (a-Brest, publié le 09.10.19)

Une conférence de Jean Simonneaux, Professeur de l’Enseignement Supérieur Agricole en Didactique des Sciences sociales, Didactique des Questions Socialement Vives, et Education au Développement durable. […] Les QSV placent les controverses, les incertitudes et le risque au cœur des processus d’enseignement apprentissage et de médiatisation. Quelle place accorder aux controverses et aux incertitudes dans l’enseignement ? Certains savoirs scientifiques sont relativement stables, tandis que d’autres sont plus provisoires et susceptibles de changer en fonction de nouveaux résultats ou à cause de la ré interprétation de résultats antérieurs. Il existe une forte interdépendance entre la société et les sciences, la recherche scientifique, les normes culturelles, les contextes sociopolitiques, les applications s’influencent mutuellement. Le développement de la réflexion sur les valeurs et le questionnement scientifique est essentielle pour une pensée critique. Une prise de décision s’appuie sur des faits scientifiques mais aussi sur les systèmes de valeurs.

Sébastien Windsor à Tech&Bio : « agricultures bio et conventionnelle ont des synergies à développer » (Réussir, publié le 09.10.19)

Tech&Bio marque un trait d’union entre les agricultures bio et conventionnels. Dans ce salon, des agriculteurs de tous les horizons se côtoient à la recherche de solutions et de techniques alternatives. La société propose ainsi un système de conservation des fruits sous atmosphère contrôlée. De Sangosse communique sur la « Positiv Production » (voir en vidéo). En parallèle, les instituts de recherche tentent ainsi de faire le trait d’union entre toutes ces innovations. Explications de Sébastien Windsor, président de l’ACTA (Association de coordination technique agricole). […] Aujourd’hui, on voit que l’ensemble des sujets de l’agriculture biologique peut concerner l’agriculture conventionnelle. Toutes les solutions de l’agriculture bio pourront être appliquées par l’agriculture conventionnelle.Tous les instituts techniques, 140 personnes travaillent le sujet de l’agriculture biologique, par exemple sur les apports d’engrais ou les choix variétaux.

#AssisesAgriAgro2019 Deux jours de débats et d’échanges sur les sujets agricoles actuels (Terre-net, publié le 09.10.19)

Les Assises de l’agriculture et de l’alimentation, organisées par Ouest France et dont Terre-net et Web-agri sont partenaires, se dérouleront les 15 et 16 octobre prochains à Rennes. Au programme : des débats et des échanges sur des sujets comme l’alimentation de demain, l’agribashing, l’Europe, etc.

Bienvenue dans l’agriculture paysanne ! (Agriculture paysanne, publié le 08.10.19)

L’agriculture paysanne est un projet politique : l’organisation de la production agricole au service de la souveraineté alimentaire des territoires et la présence de paysannes et de paysans nombreux. Il est né de la réflexion des paysannes et des paysans réunis autour du refus de l’industrialisation de l’agriculture et désireux de construire un projet alternatif à ces dérives.

Stigmatisation, concurrence… Les paysans se mobilisent (Le Figaro, publié le 07.10.19)

Les agriculteurs manifestent leur colère ce mardi, à travers toute la France, en organisant des barrages filtrants et des opérations escargots sur les axes majeurs du pays avec leurs tracteurs. «France, veux-tu encore de tes paysans?» Tel est le mot d’ordre lancé par la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles), syndicat majoritaire dans l’Hexagone.[…] En allant à la rencontre du grand public, les agriculteurs veulent expliquer qui ils sont vraiment. Ils veulent aussi attirer l’attention du gouvernement pour qu’il prenne les bonnes décisions à leur encontre et ne cède pas à l’émotion entretenue par les vidéos chocs des animalistes ou les actions coups de poing des associations environnementalistes par exemple. Sur le terrain politique, les agriculteurs reprochent notamment à l’exécutif d’avoir fait voter l’accord de libre-échange du Ceta entre l’Europe et le Canada dont les principaux perdants sont les éleveurs bovins français qui élèvent leurs animaux dans les prairies avec un recours minimum aux antibiotiques et l’interdiction d’utiliser des hormones de croissance.

Félix Noblia teste des pratiques agricoles alternatives (Brut, publié le 06.10.19)

Des vaches en pâturages, des sols valorisés, une agriculture sans pesticides de synthèse…Pour l’agriculteur Félix Noblia, un changement des pratiques agricoles est nécessaire. […] Pour lui, deux modèles agricoles s’opposent, celui basé sur la préservation des sols d’un côté et de l’autre, l’agriculture bio. Son ambition à terme, associer les pratiques d’agricultures biologiques à la préservation des sols.

Le véganisme est-il soluble dans l’agroécologie ? (Graines de mane, publié le 02.10.19)

De multiples interrogations traversent aujourd’hui une partie de la société quant au bien-fondé de l’élevage. Les vidéos alarmantes de L214 ont mis en lumière des conditions insupportables d’élevage et d’abattage des animaux. Par ailleurs, les arguments s’accumulent contre une consommation excessive de viande, d’autant plus si elle est produite sans pâturage et à base de céréales ou soja, souvent importés. […] L’abolition de l’élevage que proposent les véganes n’est rien de moins qu’une révolution agricole inédite. Depuis maintenant 8 500 ans, l’être humain élève des animaux et cultive des plantes, l’un rendant des services pour l’autre. D’où ce questionnement pressant : à l’heure où s’impose la nécessité de rendre les pratiques agricoles plus vertueuses, une agriculture végane peut-elle être durable ?

Élevage : le bio pour sortir de la crise ? (L’Expansion, publié le 02.10.19)

Bourg-lès-Valence (France) – Les porcelets s’ébrouent au soleil en sortant de l’eau. « Mon principal problème est de les protéger des coups de soleil » raconte Leo Girard, 26 ans, leur éleveur, qui rencontre un franc succès avec ses charcuteries, rotis de boeuf et fromages de brebis, tous bio, tous produits à la ferme. […] Balayant les espoirs bucoliques de retour à la campagne de jeunes urbains rêveurs, il affirme que « ceux qui réussissent en bio comme en conventionnel, sont ceux qui sont dans une logique entrepreneuriale ». En bio, « la technologie nous aide, on a des modèles mathématiques qui prédisent les maladies des plantes avec les prévisions météo, et pour désherber, on utilise des machines équipées de GPS et de caméras pour repérer les herbes au plus près » complète Julien Carle responsable agronomique d’un grossiste en légumes bio près d’Arras. […] Pour Myriam Lolum, coordinatrice de Unabio, la filière qui centralise la mise en marché de l’union des éleveurs bio, « l’élevage bio n’est pas forcément une solution pour tout le monde ». « Ceux qui sont déjà au point techniquement parlant s’en sortiront bien sûr, mais la bio est une fausse bonne idée pour les éleveurs qui ont déjà des problèmes financiers ou techniques, ce n’est pas forcément le passage au bio qui les sauvera » affirme-t-elle, surtout s’ils n’ont pas de solution de commercialisation. Pour Claude Cochonneau, qui préside les chambres d’agriculture, « il ne faut pas opposer les modèles » de conventionnel et de bio: « L’agriculture en général est engagée dans une transition comme il n’y a jamais eu dans notre pays » dit-il.

Alimentation durable : « Éviter les trop grosses concentrations d’élevages » (Libération, publié le 02.10.19)

Dans leur rapport sur la dégradation des sols publié début août, les scientifiques du Giec ont rappelé l’urgence de changer notre alimentation, trop carnée. Dominique Arrouays, spécialiste du sol et ingénieur de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique d’Orléans, expose ce qui pourrait être fait en France. […] « Eviter de trop grosses concentrations d’élevages me semble être une bonne voie à suivre. L’élevage intensif, comme aux Pays-Bas, au Danemark, en Bretagne, est principalement basé sur l’importation de produits, tels que les tourteaux de soja, provenant d’Amérique du Sud, ce qui encourage la déforestation et réduit les capacités de production vivrières locales. Pour éviter d’importer, on peut augmenter la part d’herbe et de foin dans l’alimentation animale. C’est ce qui se fait dans les zones de moyenne montagne en France. »

Notre-Dame-des-Landes : Même si « tout n’est pas réglé », la ZAD sera agricole et surtout bio (20 minutes, publié le 02.10.19)

Un an et demi après l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, le devenir de cette zone de 1.450 ha se précise franchement. Ce lundi, le président du conseil départemental de Loire-Atlantique (propriétaire de la majorité des terres) a présenté les contours du nouveau projet agricole et environnemental qui y sera mené. […] « L’objectif est bien de préserver l’usage agricole et la pérennité du bocage. C’est le modèle bio qui sera dominant », confirme-t-il. Près de 3 millions d’euros seront investis par l’Etat et la collectivité. […] …plusieurs agriculteurs ont signé des baux ruraux sur les terres rétrocédées au conseil départemental. Ils ont été signés pour moitié par des agriculteurs historiques et pour l’autre par des zadistes, et ce pour une durée de neuf ans. Quant aux quelque 220 hectares de terres appartenant à l’Etat, sur lesquelles des conventions d’occupation précaires ont été signées, le conseil départemental a déjà annoncé sa volonté de les acquérir « le jour où l’Etat voudra s’en séparer ».

Huit cents fermes maraichères verticales en exploitation ou en cours de construction dans le monde (Wikagri, publié le 03.10.19)

Au Japon, 400 fermes maraîchères verticales produisent des millions de légumes chaque année dans des tours d’une dizaine d’étages. De nombreux projets de construction sont programmés dans le monde et en Chine notamment. Malgré les performances affichées, la production agricole de ces tours reste marginale. […] Selon l’auteur de l’étude « Les fermes maraîchères verticales », trois modèles économiques se distinguent. Le modèle le plus fréquent regroupe les « fermes fordistes » (…) « où collaborent ingénieurs, contremaîtres et agents d’exécution ». Le deuxième modèle voit l’implantation de fermes verticales dans les centres urbains favoriser aussi l’économie solidaire et collaborative. La production de végétaux est inscrite dans l’économie circulaire en limitant l’utilisation de ressources: faible surface consommée au sol et optimisation de la consommation de nutriments, d’eau, de lumière et d’énergie etc. […] Le troisième modèle voit la multiplication de fermes standardisées conduire à la création de plateformes franchisées réparties sur tous les territoires. De grands groupes économiques pourraient ainsi se constituer. […] Quoi qu’il en soit, la production des cultures multi-étagées, en environnement confiné, n’est pas prête à remplacer l’agriculture conventionnelle en plein air et même sous serres.

Les feux de la colère (Agriculture Environnement, publié le 03.10.19)

Le 27 septembre dernier, une centaine d’agriculteurs de Seine-et-Marne se réunissaient devant la mairie de Savigny-Le-Temple, petite ville de 30 000 habitants. Dix-huit jours plus tôt, la maire PS de la commune, Marie-Line Pichery, avait sans aucune concertation préalable pris un arrêté interdisant l’usage de pesticides « sur l’ensemble de la commune à une distance inférieure à 150 mètres des habitations, des bâtiments à usage professionnel, des établissements scolaires, périscolaires et de petite enfance ». […] Mais la préfète n’aura pas besoin d’intervenir car, depuis ce 27 septembre, Mme Pichery a pris elle-même la décision raisonnable d’annuler son arrêté. Un changement d’attitude qui fait suite à une heure et demie de discussions animées avec une délégation d’agriculteurs.

Pourquoi la prise en compte de l’écologie est difficile dans le système économique actuel ? (e-rse, publié le 02.10.19)

Pourquoi l’économie de marché a-t-elle du mal avec la prise en compte de l’écologie ? Pourquoi les acteurs économiques et politiques ne donnent-ils pas plus d’importance aux questions environnementales ? La raison se trouve peut-être dans la structure de notre marché. […] Le marché de l’agriculture biologique est un autre exemple. Le modèle de l’agriculture biologique existe depuis les années 1920 mais il est longtemps resté peu rentable face à l’agriculture productiviste. Dans les années 1970, le modèle de l’agriculture biologique s’est institutionnalisé, mais il a continué à progresser très lentement : l’agriculture biologique coûte plus cher et trouve donc difficilement sa clientèle. Aujourd’hui, même si de plus en plus de consommateurs sont prêts à payer plus cher pour une agriculture biologique, cette dernière ne représente encore que 5% des parts de marché de la consommation alimentaire en France. Les marchés « écologiques » ne se développent donc apparemment que lorsque le seuil de rentabilité est proche d’être atteint. Or, puisque la crise écologique ne coûte pas grand chose aux acteurs économiques, ce seuil est rarement atteint et quand il finit par l’être c’est bien souvent grâce à un phénomène externe au marché : une crise géopolitique, une subvention publique, une taxe…

Cacao: « il n’est plus possible de consommer avec des œillères » (Le Figaro, publié le 02.10.19)

Max Haavelar annonce une hausse du prix minimum garanti pour le cacao et de la prime de développement. On arrive à vendre à peu près la moitié aux conditions du commerce équitable, avec des acheteurs prêts à payer le prix minimum et la prime de développement. […] Sur les 4,5 millions de tonnes de cacao produites dans le monde, la production de cacao équitable représente 430 000 tonnes, produites par 260 000 producteurs. On arrive à vendre à peu près la moitié aux conditions du commerce équitable, avec des acheteurs prêts à payer le prix minimum et la prime de développement. Si demain on a des grandes marques qui s’engagent, cette part va augmenter.

Cibler les médias pour limiter l’agribashing (Terre-net, publié le 02.10.19)

Face à la montée de l’agribashing, Thierry agriculteur d’aujourd’hui a décidé de passer à la vitesse supérieure. Alors qu’il explique depuis plusieurs années son métier au grand public via des vidéos diffusées sur Youtube, il va maintenant faire appel à des professionnels pour filmer les pratiques d’autres agriculteurs dans toute la France. […] Il prévoit en effet de filmer des agriculteurs dans toute la France afin de réaliser un reportage montrant la diversité des productions françaises et des systèmes agricoles. Des producteurs, habitués à communiquer sur les réseaux sociaux, donc à « partager leur travail et leur vision » de l’agriculture. […] « Il est important de faire comprendre qu’il n’existe pas un seul modèle en agriculture et que les « solutions » sont bien souvent beaucoup plus complexes à mettre en œuvre qu’on veut parfois nous le faire croire, insiste Thierry. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search