Veille – 30 octobre 2019

Sommaire

  • « Au nom de la terre », un film qui résonne
  • France Stratégie : une vision punitive et dangereuse de la PAC !
  • Vers une Wallonie « zéro agriculteur » !
  • Aides Pac Agriculteurs et élus corses vont plaider auprès de l’Etat
  • Agriculture Outre-mer : 38 Millions € d’aide à la filière canne, pour quoi faire ?
  • « A Bruxelles, Marie-Guite Dufay doit défendre toutes les agricultures et les agriculteurs de la Région pour EELV Bourgogne Franche-Comté
  • « Le monde paysan se sent rejeté par la société » : pourquoi des agriculteurs dénoncent-ils « l’agribashing » ?
  • « Une bonne fois pour toute, Macron réponds-nous ! »
  • Agriculteurs mobilisés : l’ouverture d’un nouveau front contre Macron
  • Réforme de la Pac Intrants taxés, aides à l’hectare supprimées: les idées choc de France Stratégie
  • Réforme de la PAC : La Commission européenne s’entête dans l’agriculture productiviste et connectée
  • Nicolas Gamache – Séance plénière 21 octobre 2019 – Orientations Budgétaires 2020
  • «Les abeilles sont une alternative aux intrants chimiques»
  • A Strasbourg, une « agroparade » paysanne contre l’agrobusiness
  • Paysans-boulangers : l’autonomie plutôt que la soumission à l’agro-industrie
  • Diabète : 425 milliards de dollars par an
  • Des politiques agricoles aveugles face au défi environnemental ? – avec Faustine Bas-Defossez
  • Une consommation de vin en pleine révolution
  • Alimentation : « Le bio n’est pas un objectif en soi » affirme le PDG de Danone
  • Assises de l’agriculture & alimentation. Des modèles agricoles en perpétuelle évolution
  • Réforme de la PAC : un sujet brûlant pour les agricultures paysannes du Sud
  • Interview de Michel Eddi, PDG du Cirad
  • BEL : Bel dévoile sa nouvelle identité d’entreprise qui incarne les engagements du Groupe en faveur d’une alimentation plus saine et responsable pour tous
  • AAA 2019 – Temps forts Table Ronde – Quel modèle agricole pour quel produit final ?
  • Argentine : le retour de la faim dans la sixième puissance agricole mondiale
  • Xavier Le Louer, fondateur de L’atelier V* passe aux a*veux
  • [Oasis] La diversité variétale des dattiers : un patrimoine à valoriser

 « Au nom de la terre », un film qui résonne (SOS Faim, publié le 27.10.19)

Un film très émouvant sur les réalités paysannes en France où l’on se reconnait. Or un agriculteur-paysan c’est celui qui permet de mettre sur la table la nourriture dont chacun bénéficie au quotidien.Cette dure réalité nous permet de comprendre les multiples dépendances que subissent le monde paysan. […] Changeons de PAC ! Engageons-nous vers des modèles agricoles qui refusent les multiples dépendances. Prenons la voie de construire de multiples petites et moyennes fermes, qui mettent en avant des pratiques vertueuses, qui s’inspirent de l’agroécologie et qui prônent la souveraineté alimentaire ici et partout.

France Stratégie : une vision punitive et dangereuse de la PAC ! ( Coordination rurale, publié le 25.10.19)           

Concrètement, pendant que les agriculteurs français se retrouveraient menés au bâton et à la carotte, les agriculteurs des autres Etats membres pourraient bénéficier d’un régime plus clément, ce qui viendrait aggraver les distorsions de concurrence intra-communautaires. La politique agricole COMMUNE ne serait ainsi qu’un lointain souvenir ! Et bien sûr, le rapport ne propose rien en termes de régulation qui permettrait d’améliorer les revenus des agriculteurs, ni même aucune stratégie sur les protéines végétales et le rééquilibrage des productions, qui aurait pourtant un effet positif majeur sur l’environnement. Le cadre reste libéral et totalement ouvert à la mondialisation.

Vers une Wallonie « zéro agriculteur » ! ( La Libre, publié le 25.10.19)

Notre agriculture repose sur l’élevage (bovins laitiers et viandeux, porcs et volaille, etc) ainsi que sur les cultures (escourgeon, froment, betteraves, maïs, chicorée, légumes de plein champ, lin textile, chanvre, etc…), les fruits, légumes ou plantes ornementales de nos horticulteurs. On voit aussi se développer des productions moins traditionnelles (escargots, safran…) et de nombreux services et diversifications (tourisme, produits de terroir, activités pédagogiques à la ferme…).

Aides Pac Agriculteurs et élus corses vont plaider auprès de l’État (Terre.net, publié le 25.10.19)

Agriculteurs et élus corses ont annoncé qu’ils iraient plaider mardi prochain leur cause au ministère de l’agriculture, à propos du contrôle et du versement des aides de la Politique agricole commune (Pac) dans l’île. (…)L’Union européenne a notamment demandé le contrôle des surfaces peu productives, mais sur l’île, certains acteurs estiment que les règles d’attribution des aides sont inadaptées aux spécificités de l’agriculture traditionnelle, dans le maquis, la montagne ou des forêts. La tension est montée cette semaine, lorsque le président de la Chambre d’agriculture de Haute-Corse et dirigeant de la FDSEA, Joseph Colombani, a saccagé le bureau d’un fonctionnaire. Il doit être jugé le 3 décembre pour ces dégradations. La réunion à Paris « sera l’occasion d’apporter à nouveau notre soutien aux agriculteurs corses », « de demander à l’État comment il compte compenser la perte financière » et « de répéter que nous voulons une agriculture vivante », a déclaré Jean-Guy Talamoni devant son assemblée.

Agriculture Outre-mer : 38 Millions € d’aide à la filière canne, pour quoi faire ? (Bip Bip, publié le 25.10.19)

Longtemps protégés du marché mondial par des prix garantis, les planteurs de cannes et les producteurs de sucre de canne des Antilles et de La Réunion sont désormais soumis à la concurrence. Ce n’est donc pas seulement à la concurrence du sucre de betterave – moins coûteux à produire – que sont confrontés les sucres produits à La Réunion et en Guadeloupe, mais surtout à celle des grands producteurs tropicaux de sucre de canne, le Brésil, l’Inde ou le Viet-Nam. A Maurice, l’île sœur de La Réunion, l’activité sucrière a bénéficié de quotas et de prix garantis par l’Union européenne jusqu’en 2009. 80 compagnies de plus de 10 ha cultivent encore la canne et produisent du sucre.

« A Bruxelles, Marie-Guite Dufay doit défendre toutes les agricultures et les agriculteurs de la Région pour EELV Bourgogne Franche-Comté (Ma commune.info, publié le 25.10.19)

Pour Europe Ecologie Les Verts Bourgogne Franche-Comté, Marie-Guite Dufay « doit défendre toutes les agricultures et tous les agriculteurs de la région ».Il est temps de récompenser les agriculteurs qui font du bien en se passant du glyphosate ou investissent dans l’agriculture biologique. Alors que les dispositions de la loi EGALIM ne sont pas à la hauteur du défi climatique et alimentaire, la Région doit impérativement se mobiliser pour répondre aux attentes des communes, les encourager plus d’ambition écologique, en soutenant le développement de l’agriculture biologique locale favorisant ainsi l’autonomie alimentaire des territoires.

« Le monde paysan se sent rejeté par la société » : pourquoi des agriculteurs dénoncent-ils « l’agribashing » ? (France TVinfo, publié le 24.10.19)

Les campagnes ne sont pas uniformes non plus. Moi j’habite à la campagne : devant chez moi, il y a une ferme bio et derrière, une ferme qui met du désherbant à outrance. Dans un même village, on va avoir des pratiques extrêmement différentes… Il y a des gens à Paris qui sont convaincus que l’agriculture urbaine peut nourrir la capitale, mais chaque jour à Paris, on mange 1,2 million d’œufs. Ce n’est pas une production qu’on obtient dans des élevages de 80 poules ! L’idée que la ville va être indépendante en matière alimentaire est un mythe, certes positif.

« Une bonne fois pour toute, Macron réponds-nous ! » (Plein Champ, publié le 23.10.19)

Déjà le 8 octobre dernier, plus de 10 000 agriculteurs du réseau Fnsea-JA s’étaient mobilisés à travers toute la France en guise de premier avertissement à l’encontre du gouvernement. Ils disaient stop à l’agribashing, aux surtranspositions réglementaires et aux accords de libre-échange. (…) Leurs doléances « maintes fois renouvelées mais jamais entendues » tiennent en trois points : stopper le double-discours entre d’un côté, la montée en gamme prônée lors des Etats généraux de l’alimentation et, de l’autre, la ratification d’accords de libre-échange destructeurs pour les filières et qui tirent les standards de production vers le bas. (…) Les agriculteurs ne supportent plus non plus d’être pris pour cible si injustement « alors que le modèle agricole français est reconnu comme un des plus vertueux » poursuit le président Chauve.

Agriculteurs mobilisés : l’ouverture d’un nouveau front contre Macron (Révolution permanente, publié le 23.10.19)

Cette baisse du nombre de celles et ceux qui doivent nourrir une population toujours plus nombreuse s’explique principalement par le fait que, lors des départs à la retraite, non seulement la relève manque mais aussi l’État favorise les agrandissements d’exploitations agricoles. Cela impose un modèle de production intensif et particulièrement agressif pour les paysans et plus généralement pour le vivant, puisqu’il s’agit de produire plus avec moins de forces de travail et plus de monocultures, de machines coûteuses, de maltraitance animale, de pesticides et d’engrais chimiques. Dans le même temps, prétendant répondre aux aspirations écologistes qui s’élèvent au sein de la population, l’État français et l’UE cherchent à développer le marché de l’agriculture biologique qui, en réalité, bénéficie plus aux capitalistes qu’à l’ensemble de la population puisque les plus précaires d’entre nous en restons exclus. Les agriculteurs sont donc encouragés à « passer au bio (…) ». (…)En France, les producteurs agricoles, petits et moyens, sont mis en concurrence d’une part avec les gros producteurs de bio et d’autre part avec ceux des autres pays dont les prix sont plus compétitifs que les prix français – du fait que les travailleurs y sont moins protégés et encore plus précaires et donc « moins chers » qu’en France.

Réforme de la Pac Intrants taxés, aides à l’hectare supprimées : les idées choc de France Stratégie (Terre-net, publié le 23.10.19)

Transformer les aides à l’hectare en « paiements de base par unité de travail », taxer davantage les produits phytos, les engrais et les antibiotiques pour financer un pilier « transition agro-écologique » intégrant un système de bonus-malus : France Stratégie, organisme d’études et de prospective « auprès du Premier ministre », a dévoilé mercredi 23 octobre ses propositions pour la réforme de la Pac. (…) Les agriculteurs pourraient bénéficier de « bonus » s’ils s’engagent notamment au maintien des prairies permanentes, à la diversification des cultures et des surfaces d’intérêt écologique (…) Mais « pour financer ces bonus agro-écologiques », il est question d’instaurer des taxes supplémentaires significatives sur les intrants, à commencer par les produits phytosanitaires, les engrais, les antibiotiques. (…) Ainsi, dans le scénario le plus « taxé », les exploitations céréalières de 80 à 180 ha en région Centre perdraient tout de même 1 890 € chaque année en changeant leurs pratiques d’ici 2025. Sans changement agro-écologique sur ces fermes, les producteurs perdraient près de 14 000 € d’aides annuelles.
Les exploitations laitières en polyculture-élevage de moyenne taille en troupeau intensif prim’holstein seraient, quant à elles, les plus sévèrement sanctionnées. Même en opérant le virage agro-écologique envisagé, la baisse d’aides annuelles seraient de près de 12 000 € !
À l’inverse, les exploitations céréalières biologiques de moins de 130 ha « gagneraient » de 9 000 à 11 000 € d’aides annuelles, tout comme les élevages laitiers en système herbager.

Réforme de la PAC : La Commission européenne s’entête dans l’agriculture productiviste et connectée (Reporterre, publié le 22.10.19)

La nouvelle Commission entrera en fonction le 1er novembre. Janusz Wojciechowski, successeur de Phil Hogan, prendra alors le relais des négociations commencées en juin 2018. « Cette vision part du principe que la solution se trouve dans une agriculture 2.0. C’est l’agriculture Google et Monsanto », commente Jean-Marc Desfilhes, assistant parlementaire de Benoît Biteau, député écologiste. (…) À l’heure où apparaissent les concepts de circuit court ou de technologie douce, cette réforme semble aller à contre courant des besoins de l’époque . « En deux mots, ce que la réforme met en avant est la productivité et la compétitivité », dit Aurélie Catallo, coordinatrice de la plateforme Pour une autre PAC, collectif regroupant associations paysannes, organisations œuvrant pour le bien-être animal et des consommateurs. « Nous demandons au contraire de valoriser le savoir-faire des agriculteurs, pas celui d’une machine. Les agriculteurs veulent être proches de leurs consommateurs. C’est impossible quand le lait que tu produis est envoyé sous forme de poudre à l’autre bout de l’Europe. »

Nicolas Gamache – Séance plénière 21 octobre 2019 – Orientations Budgétaires 2020 (Groupe écologiste et citoyen Nouvelle Aquitaine (chaîne Youtube), vidéo publiée le 22.10.19)

Nous nous félicitons de l’importance de NéoTerra évoquée dans les orientations budgétaires. Il est donc nécessaire que la forte volonté inscrite dans les orientations budgétaires soit traduite dès le budget 2020. (…) La concurrence organisée par CETA, TAFTA, Mercosur et tout le cortège des règles faussées du marché libéral va mettre en concurrence déloyale les bios industriels de l’Ukraine, ou d’ailleurs, avec nos paysans. Demain la détresse des paysans bio qui ne maîtrisent plus collectivement les tarifs auxquels ils écoulent leur produit sera aussi grave que celles aujourd’hui des agriculteurs conventionnels si nous n’engageons pas les budgets pour leur permettre de s’engager dans la transformation ou la distribution.

«Les abeilles sont une alternative aux intrants chimiques» (Libération, publié le 22.10.19)

En s’appuyant sur les insectes pollinisateurs, à savoir les abeilles, en lieu et place des intrants chimiques (pesticides et fertilisants azotés), les cultivateurs de colza ont tout à gagner. Que ce soit en matière de rendement agricole comme de revenus. C’est en tout cas ce que conclut un article publié début octobre dans une revue britannique, Proceedings of the Royal Society, par deux chercheurs français du Centre d’études biologiques de Chizé. (…) Il y a un pas à franchir de la part des agriculteurs. Une fois que c’est fait, ils en sont très heureux mais il faut aussi chercher à comprendre les réserves qui s’expriment et ces mécanismes d’aversion pour mieux les contourner. A ce titre, les pouvoirs publics, comme le ministère de l’Agriculture, pourraient avoir un rôle à jouer en sécurisant les filières agro-écologiques. Les conseils agricoles non plus ne croient pas beaucoup à ces alternatives à l’agro-chimie. Ce serait donc intéressant que les agriculteurs et les pouvoirs publics s’associent pour accompagner cette transition. Et les citoyens, qui sont des consommateurs, ont aussi leur mot à dire pour faire pression sur le modèle agro-industriel.

À Strasbourg, une « agroparade » paysanne contre l’agrobusiness (Le Monde, publié le 22.10.19)

Des militants d’associations environnementales et de solidarité internationale, d’organisations de consommateurs, mais aussi des représentants de l’agriculture bio et paysanne, ont manifesté devant le Parlement européen à Strasbourg, mardi 22 octobre. (…) A l’agro-industrie, la cinquantaine d’associations membres oppose une agriculture paysanne, plus proche des demandes des citoyens. « Nous ne sommes pas contre les agriculteurs allemands. Ces dix dernières années, 100 000 exploitations ont disparu. Nous demandons à ce que les petites exploitations agricoles soient soutenues ; pour cela, c’est toute la société européenne qui doit changer », précise Saskia Richartz, responsable de campagne.

Paysans-boulangers : l’autonomie plutôt que la soumission à l’agro-industrie (Bastamag, publié le 18.10.19)

Malgré le gisement d’emplois que promet le métier de « paysan producteur-transformateur de céréales », on s’étonnera que des formations « du grain au pain », telles que celle du CFPPA de Montmorot, se comptent seulement sur les doigts d’une main. On s’en étonnera d’autant plus que le discours dans l’air du temps flatte les « petits paysans bio » et que la valorisation des productions par la transformation et la vente en circuits courts permet le maintien de petites structures, des fermes à taille humaine plus facilement transmissibles, plus portées sur l’agroécologie, plus « résilientes »…(…)Les paysans boulangers, eux aussi, revendiquent leur différence par rapport aux boulangers traditionnels. « Le même problème s’est posé avec les bouchers-charcutiers, quand les paysans ont commencé à vendre leur viande en direct », rappelle Antoine Deransart. Soumis à des règles fiscales différentes, les paysans feraient de la concurrence déloyale, tireraient la profession vers le bas… « Les paysans font valoir leur droit de transformer leur production, c’est tout ! », soutient le formateur.

Diabète : 425 milliards de dollars par an (Géographie en mouvement (blog Libération), publié le 20.10.19)

C’est ce qu’il faut consacrer dans les 52 pays de l’OCDE durant les trente prochaines années à soigner une pathologie dont on connaît l’épidémiologie. N’y a-t-il pas là une raison pour changer de système alimentaire? Alors que les industriels nous serinent qu’on n’a jamais aussi bien mangé qu’aujourd’hui. (…)La malbouffe progresse à l’abri du déni des uns et des mensonges des autres. Le nombre de cas d’obésité a presque triplé depuis 1975. Ce qu’on appelle pudiquement une épidémie. (…)L’accroissement de l’espérance de vie montrée comme un succès de l’alimentation industrielle, c’est terminé. L’âge moyen du décès baisse aux Etats-Unis depuis trois ans.(…)Mais Kantar Media voit le rouleau compresseur de la malbouffe face à des contre-courants locavores, bio, végétariens ou vegans qui sont bien faibles. La pub pour les produits gras et sucrés progresse en Europe, seuls les plats préparés sont fortement stigmatisés.

Des politiques agricoles aveugles face au défi environnemental ? – avec Faustine Bas-Defossez (Agoragro (chaîne Youtube), vidéo publiée le 19.10.19)

Faustine Bas Defossez est une femme passionnée, elle a dirigé pendant 8 ans la plus grande fédération d’ONG environnementales sur les questions de politiques agricoles communes.

Interview d’1h18. La coexistence est évoquée au temps 55:20.

Une consommation de vin en pleine révolution (Réussir, publié le 18.10.19)

56 % déclarent que « les informations nutritionnelles les aident à choisir ». Dans les rayons, cela se traduit par l’essor de produits sans conservateurs ou additifs (sans colorants, sans soufre, sans gluten…), sans résidus, bio, locaux, avec moins d’emballages, traçables… Les vins tranquilles bio sont désormais achetés par 12,7 % en 2018 contre 4,5 % des foyers en 2011. (…)
Deux tiers des Français se disent prêts à payer plus pour un produit qualitatif (46 % en 2012). 77 % des Français sont « tout à fait d’accord ou plutôt d’accord » pour dire qu’ils essayent d’acheter des produits locaux aussi souvent que possible contre 48 % en 2010. (…) L’essor des repas à l’extérieur, les repas livrés, les achats en vrac, les magasins sans caisse, les start-up alimentaires… on n’imaginait pas cela il y a encore cinq ans ! Mais le modèle alimentaire français est toujours basé sur une notion de convivialité, de plaisir et de variété. On mange encore ensemble, même si ce n’est pas forcément tous la même chose.

Alimentation : « Le bio n’est pas un objectif en soi » affirme le PDG de Danone (France TV Info, publié le 16.10.19)

Le PDG de Danone défend ainsi un modèle « entre le bio et l’agriculture qui détruit complètement les sols » : l’agriculture régénératrice. « Dans des grandes plaines céréalières, le sol est tellement érodé, il a tellement perdu de matière organique, qu’il n’absorbe que 1 mm de pluie. C’est pareil sur la présence des vers de terre dans le sol. C’est essentiel de reconstruire tout ça, et vous ne pouvez pas reconstruire tout ça en convertissant intégralement l’agriculture au bio. Ce n’est pas possible et je ne crois pas que ce soit nécessaire », affirme-t-il. « Le bio en soi n’est pas pour moi un objectif. C’est un moyen de diversifier, de progresser », justifie Emmanuel Faber.

Assises de l’agriculture & alimentation. Des modèles agricoles en perpétuelle évolution (Terre-net, publié 16.10.19)

De plus en plus, les consommateurs clament, haut et fort, leurs attentes en termes d’alimentation. Ils veulent des produits bio, sans – OGM, antibiotiques, gluten -, des produits locaux. En face, les agriculteurs s’adaptent et font évoluer leurs pratiques. (…) « Les attentes des consommateurs évoluent, nous devons y répondre sans juger, estime Alain Perrin, directeur général du groupe d’Aucy. En face, il faut accompagner les agriculteurs dans ces évolutions ». Toute la difficulté est de trouver comment répondre rapidement aux exigences des consommateurs, pour qu’ils ne se tournent pas vers des produits d’importation, sans pour autant que les investissements mettent à terre l’économie des exploitations.

Réforme de la PAC : un sujet brûlant pour les agricultures paysannes du Sud (Coordination Sud, publié le 16.10.19)

Associée à d’autres politiques européennes, notamment commerciales et énergétiques, la PAC conditionne les évolutions du système agricole et alimentaire européen ainsi que les échanges commerciaux avec les pays tiers. Voici les caractéristiques d’un système qui engendre des effets désastreux pour le climat et les paysanneries des pays du Sud. (…) « Les exportations de blé ou encore de poudre de lait, parfois même de poudres de mélange de lait écrémé et d’huile de palme vendues abusivement comme du lait sur les marchés de l’Afrique de l’Ouest, sont symptomatiques. Ce véritable dumping vient déstabiliser les économies rurales. Ainsi en Afrique de l’Ouest, ces poudres importées reviennent aux transformateurs·rices jusqu’à 40 % moins cher que le lait local. Ils·elles préfèrent donc largement acheter ces poudres plutôt que d’investir dans le développement de réseaux de collecte de lait local », pointe Laurent Levard.

Interview de Michel Eddi, PDG du Cirad (CommodAfrica (chapine Youtube), vidéo publiée le 16.10.19)

Interview de Michel Eddi, PDG du Cirad, organisme français de recherche, sur les enjeux de l’agriculture africaine avec notamment le changement climatique, les modèles agricoles, les relations entre la recherche et les fondations et le secteur privé, la durabilité de la filière coton.

BEL : Bel dévoile sa nouvelle identité d’entreprise qui incarne les engagements du Groupe en faveur d’une alimentation plus saine et responsable pour tous (Zone Bourse, publié le 16.10.19)

À l’heure où le défi d’une alimentation durable est au cœur des problématiques de société, la nouvelle signature du Groupe « For All. For Good » incarne l’engagement de Bel en faveur d’une alimentation plus saine et responsable pour tous. Cette nouvelle identité sera portée progressivement par l’ensemble des marques du Groupe à partir de janvier 2020. (…) Antoine Fiévet, Président-directeur général du groupe Bel, déclare : (…) Au travers de notre nouvelle signature d’entreprise « For All. For Good », nous affirmons notre conviction qu’une alimentation inclusive et durable est possible en réinventant un modèle agro-alimentaire positif avec l’ensemble des acteurs : producteurs, distributeurs, experts et consommateurs ». (…) Cette nouvelle identité incarne le nouveau positionnement de Bel sur le marché du snacking sain laitier et végétal.

AAA 2019 – Temps forts Table Ronde – Quel modèle agricole pour quel produit final ? (Les assises de l’agriculture et de l’alimentation 2019 (chaîne Youtubes), vidéo publiée le 16.10.19)

Locavorisme, agriculture biologique, agriculture sans (pesticides, antibiotiques)… Notre alimentation vit une période de transformation, voire de rupture qui bouleverse les modèles agricoles classiques. Quelles conséquences pour nos agriculteurs ? Comment adapter notre agriculture ? Les professionnels du secteur s’expriment.

Argentine : le retour de la faim dans la sixième puissance agricole mondiale (Le vent se lève, publié le 15.10.19)

Les conditions imposées par le FMI de Christine Lagarde rappellent ainsi fortement les Programmes d’ajustement structurel (PAS) appliqués par l’institution dans les années 80. Selon Jean Feyder, ceux-ci « ont largement déséquilibré les économies et les sociétés de ces pays qui ne s’en sont jamais vraiment remis. Les PAS ont impliqué une réduction drastique des dépenses publiques, une sévère privatisation des entreprises publiques au profit du secteur privé et une libéralisation sans frein du commerce ». Ils ont ainsi conduit à « une suppression de toute aide aux paysans et à une forte incitation des agricultures à s’orienter vers les marchés d’exportation ». Pour l’ambassadeur, « ceci a entraîné une réduction de la production alimentaire vivrière et locale. Du coup, ces pays ont été ouverts aux importations (…). Cette inondation des marchés des pays en développement a détruit de nombreux emplois ruinant les conditions d’existence d’un très grand nombre de petits paysans et de leurs familles»

Xavier Le Louer, fondateur de L’atelier V* passe aux a*veux (L’atelier V* (chaîne youtube), publié le 15.10.19)

2016, il était une fois L’ atelier V*. ou comment transformer un atelier carné en atelier 100% végétal à travers les piliers du développement durable, socles d’une alimentation positive ! Xavier est alors en charge de la mise en place d’une politique de développement durable dans une entreprise de restauration collective, à une époque où les obstacles étaient nombreux. Désireux de pousser vraiment plus loin ses convictions, germe en lui l’envie d’être un acteur du changement en in-vert-sant le modèle alimentaire dominant en place, à bout de souffle, basé sur une agriculture intensive et une forte industrialisation, pour s’engager plus concrètement dans le développement d’une alimentation saine et vertueuse car respectueuse des hommes et de la nature.

[Oasis] La diversité variétale des dattiers : un patrimoine à valoriser (Revue Sésame, publié le 15.10.19)

Le potentiel de la filière dattes et dérivés ne se réalisera qu’avec l’organisation des acteurs locaux. En effet, comme nous l’avons déjà évoqué (dans les précédents articles de Sesame), le peu d’intérêt et de valorisation dont fait l’objet le secteur phoenicicole algérien rend peu compétitif le produit du terroir (la datte). Pour comprendre ce manque de considération, il faut comprendre le dilemme qui oppose d’une part, l’agriculture commerciale tributaire d’intrants car basée sur la monoculture dattière et, d’autre part, une agriculture de terroir marginalisée bien que fondée sur la biodiversité. Cette monoculture se caractérise par de grandes surfaces dont la variété Deglet nour est très gourmande en eau.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search