Veille – 13 novembre 2019

Sommaire

  • Un rapport parlementaire estime que la suppression du glyphosate aura un coût élevé
  • Bruxelles veut cultiver ses légumes: le défi impossible ?
  • Ceta : un accord à rebours de la nécessaire transition agroécologique
  • Avenir du modèle intensif, du système de distribution et de la profession : trois questions soulevées par la crise du monde agricole
  • Dijon à la recherche du système alimentaire de demain

Un rapport parlementaire estime que la suppression du glyphosate aura un coût élevé (Libération, le 10.11.19)

Les députés pointent plusieurs cas où la seule alternative au glyphosate est de détruire les mauvaises herbes à la main, ce qu’ils qualifient «d’impasse» tant les investissements en main d’œuvre seraient alors intenables. Le cas le plus «sensible» porte sur les exploitations pratiquant l’agriculture de conservation des sols, sans labour, qui permet d’absorber plus de carbone de l’atmosphère. Mais cette technique nécessite l’usage ponctuel d’un herbicide chaque automne pour nettoyer les parcelles avant le semis. Le rapport signale aussi les cultures en pente (vignes…) difficiles à cultiver mécaniquement, les cultures des exploitations dites en «zones intermédiaires» sur des sols difficiles à travailler et peu productifs. Selon l’institut technique Arvalis, cité dans le rapport, «l’interdiction du glyphosate déstabiliserait ces exploitations concernées au point de menacer leur survie».

Bruxelles veut cultiver ses légumes: le défi impossible ? (L’avenir, publié le 09.11.19)

C’est le défi que la capitale se donne pour 2035: cultiver 30% des fruits et légumes consommés en ville. Si le chiffre est discuté parmi les experts, il ne dépasserait pas aujourd’hui 1%. Pourtant, l’agriculture urbaine est une véritable aubaine pour la capitale, puisqu’elle est moins polluante que l’agriculture traditionnelle, et permet donc de lutter efficacement contre le changement climatique. Le gouvernement bruxellois semble avoir compris l’impossibilité de sa requête, et a précisé que ces denrées maraîchères pourront également être cultivées dans la proche périphérie, où la production de fruits et légumes est historiquement bien plus importante qu’à Bruxelles.

Ceta : un accord à rebours de la nécessaire transition agroécologique (Libération, publié le 06.11.19)

Un collectif d’étudiants en agronomie s’inquiète des conséquences pour l’agriculture que pourrait avoir la ratification par le Sénat français de l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada.

Avenir du modèle intensif, du système de distribution et de la profession : trois questions soulevées par la crise du monde agricole (Franceinfo, publié le 31.10.19)

Concilier écologie et compétitivité : le challenge est de taille pour les agriculteurs français. Mais face à la prise de conscience environnementale et aux exigences de qualité, le secteur tente de se réinventer.  

Dijon à la recherche du système alimentaire de demain (Les Horizons, publié le 31.10.19)

Lauréat de l’appel à projets Territoires d’innovations, Dijon métropole part à la recherche du système alimentaire durable de 2030. Ce projet vient renforcer la manière avec laquelle la cité des ducs de Bourgogne vient s’ériger en moteur de la transition écologique en France. […] Pour cela, la métropole va s’appuyer sur l’agroécologie, un juste milieu entre l’agriculture conventionnelle et l’agriculture biologique. C’est à dire un modèle agricole basé essentiellement sur des solutions naturelles, qui permet de conserver des rendements tout en limitant les produits chimiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search